De la capacité politique des classes ouvrières/iii

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la capacité politique des classes ouvrières/iii/ii De la capacité politique des classes ouvrières/iii/iv

[original French]

L'AUTEUR

A QUELQUES OUVRIERS DE PARIS ET DE ROUEN

qui l'avaient consulté sur les élections


Décembre 1864.
Citoyens et amis,

Cet ouvrage a été conçu sous votre inspiration : il vous appartient.

Vous me demandiez, il y a dix mois, ce que je pensais du Manifeste électoral publié par soixante ouvriers de la Seine. Vous désiriez surtout savoir si, après vous être prononcés aux élections de 1863 par un vote négatif, vous deviez persister dans cette ligne, ou si, en raison des circonstances, il vous était permis d'appuyer de vos suffrages et de votre influence la candidature d'un camarade digne de vos sympathies.

Sur la pensée môme du Manifeste mon opinion ne pouvait être douteuse, et, en vous accusant réception de vos lettres, je vous l'ai franchement exprimée. Certes, je me suis réjoui de ce réveil du Socialisme: qui donc en France aurait eu plus que moi le droit de s'en réjouir?... Sans doute encore, j'étais

[English translation]

THE AUTHOR

TO SOME WORKERS OF PARIS AND ROUEN

who had consulted him on the elections


December 1864.
Citizens and friends,

This work was conceived under your inspiration: it belongs to you.

You asked me, ten months ago, what I thought of the electoral Manifesto published by sixty workers of the Seine. You especially wished to know if, after having pronounced on the elections of 1863 by a negative vote, your must persist in this line, or if, under the circumstances, you were permitted to support with your votes and your influence the candidacy of a comrade worthy of your sympathies.

On the thought of the Manifesto itself my opinion cannot be in doubt, and, in acknowledging receipt of your letters, I have expressed it to you frankly. Certainly, I am delighted at the awakening of Socialism: who in France would have more right to rejoice in it?... Doubtless as well, I was