De la capacité politique des classes ouvrières/iv

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
De la capacité politique des classes ouvrières/iv/iii De la capacité politique des classes ouvrières/iv/v

[original French]

d'accord avec vous et avec les Soixante que la classe ouvrière n'est pas représentée et qu'elle a droit de l'être : comment eusse-je pu être d'un autre sentiment? La représentation ouvrière, s'il était possible qu'il y en eût une, ne serait-elle pas, aujourd'hui comme en 1848, au point de vue politique et économique, l'affirmation officielle du socialisme?

Mais de là à participer à des élections qui eussent engagé, avec la conscience démocratique, ses principes et son avenir, je ne vous l'ai pas dissimulé, citoyens, à mes yeux il y avait un abîme... Et je puis ajouter que cette réserve, de vous parfaitement accueillie, a reçu depuis lors la sanction de l'expérience.

Où en est la Démocratie française, jadis si fière et si pure, et qui, sur la foi de quelques ambitieux, s'est imaginée tout à coup que, moyennant un faux serment, elle allait marcher de victoire en victoire? Quelle conquête avons-nous enregistrée ? Par quelle idée neuve et forte s'est révélée notre politique ? Quel succès depuis dix-huit mois a signalé l'énergie de nos avocats et récompensé leur faconde ? N'avons-nous pas été témoins de leurs perpétuelles défaites, de leurs défaillances ? Dupes de leur vain parlementarisme, ne les avons- nous pas vus, sur presque toutes les questions, battus par les orateurs du Gouvernement? Et naguères, lorsque traduits en justice pour délit d'association et de réunion non autorisée, ils ont eu à s'expliquer à la fois devant le Pays et devant le Pouvoir, n'ont-ils pas été confondus par cette légalité à laquelle ils nous conviaient et dont ils se posaient comme les interprètes ? Quelles pitoyables intrigues ! Quelle défense plus pitoyable encore! Je vous en ferai juges....... Après tant et de si bruyants débats, pouvons-nous nier, enfin, qu'au fond nos représentants n'ont pas d'autres idées, d'autres tendances, d'autre politique que la politique, les tendances et les idées du Gouvernement ? Aussi, grâce à eux, en est-il désormais de la jeune démo-

[English translation]

in agreement with you and with the Sixty that the working class is not represented and that it has a right to be: how could I be of any other sentiment? Worker representation, if it was possible that there could be one, would it not be, today as in 1848, from the political and economic point of view, the official affirmation of socialism?

But to proceed from there to participate in elections that had at stake, along with the democratic conscience, its principles and its future, I have not concealed it from you, citizens, in my view, this opened up an abyss... And I can add that these reservation, which you have perfectly received, has since received the sanction of experience.

Where is French democracy, once so proud and so pure, which, placing faith in an ambitious few, suddenly imagined that by taking a false oath, it would march from victory to victory? What conquest have we seen? By what strong new idea has our politics been revealed? For the last eighteen months, what success has signaled the energy of our advocates and rewarded their eloquence? Have we not witnessed their continual defeats, their failures? Dupes of their vain parliamentarism, have we not seen them, on almost all issues, beaten by the Government's speakers? And lately, when brought to justice for crimes of unauthorized association and assembly, they had to explain themselves both to the Nation and to Power, were they not confused by this legality to which they invited us, for which they had set themselves up as interpreters? What pitiful intrigues! What an even more pathetic defense! Judge for yourselves ....... After so many and such noisy debates, can we deny, finally, that our representatives basically have no other ideas, no other trends, no other politics than the politics, the trends, and the ideas of the Government? Moreover, thanks to them, is it now the young demo-