Majorats littéraires/21

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Majorats littéraires/21/20 Majorats littéraires/21/22

[original French]

hésite, et plus'd'une fois les intéressés ont crié, celui-ci à l'exagération, celui-là à l'ingratitude. De tout temps le commerce a été plein d'iniquité : le juif, qui depuis trois mille ans se livre au trafic, a-t-il appris à distinguer l'échange de l'agiotage, le crédit de l'usure ? Les travailleurs de l'idée pure se plaignent d'avoir été mal servis ; et les serfs de la glèbe, les a-t-on traités à l'eau de rose?... Examinons donc les choses de sang-froid; et, parce que la prévarication abonde, n'abjurons pas le sens commun.

Je commence par les cas les plus simples; j'arriverai ensuite aux plus difficiles.

Un médecin est appelé auprès d'un malade : il reconnaît la nature de l'affection, prescrit un médicament, indique un régime. Pour cet office, l'usage est de régler les honoraires du médecin à tant par visite payable après la convalescence ; en Angleterre, il reçoit le prix de ses visites à mesure qu'il les fait. Qu'a fourni le médecin ? Un conseil, une ordonnance en quatre lignes, chose immatérielle, impalpable, sans rapport avec le prix payé. Telle prescription, donnée à propos, sauve la vie d'un homme et ne serait pas trop payée de mille francs ; telle autre ne vaut pas la goutte d'encre qui a servi à l'écrire. Chacun comprend cependant que le médecin s'est dérangé, qu'il a dépensé son temps, qu'il a dû faire la route à pied, en cabriolet ou à cheval; qu'avant d'être médecin et d'avoir une clientèle il s'est livré à de longues études, etc. Tout cela exige une indemnité : quelle sera-t-elle? Aucun compte ne pourrait l'établir avec exactitude. On sait seulement qu'elle se détermine en raison composée des frais faits par le médecin pour son éducation et ses courses-, du nombre des malades, de la concurrence que lui font ses confrères, et de la moyenne de consommation ou de bien-être des familles qui habitent la localité. En somme, et bien qu'il n'y ait pas échange de matières, il y a échange de valeurs : c'est pourquoi les soins du médecin qui sauve la vie à son malade comme de celui qui a le malheur de le perdre s'acquittent en numéraire et au même taux.

Le professeur, qui court, comme on dit, le cachet, est rétribué de la même manière et d'après les mêmes considérations que le médecin.

Or, remarquons que, la leçon donnée, la consultation écrite, la personne qui les a reçues en fait ce qu'elle veut. S'il plaît à l'élève

[English translation]

hesitates, and more than once the interested have protested, this one of abuse, and that one of ingratitude. Commerce has always been full of iniquity: the Jew, who for three thousand years has given himself to traffic, has he learned to distinguish exchange from agiotage, or credit from usury? The laborers of the pure idea complain of having been badly served; and the serfs of the glebe, les a-t-on traités à l'eau de rose?... Let us examine things then with sang-froid; and, because corrupt practices abound, let us not abjure common sense.

I begin with the simplest case; I will then come to the more difficult.

A physician is called to visit the sick: he recognizes the nature illness, prescribes a medication, indicates a regime. For that office, the custom is to settle the fees of the doctor at so much per visit payable after the convalescence; in England, he receives the price of his visits as he makes them. What has the physician provided? A counsel, a prescription in four lines, an immaterial, impalpable thing, without relation to the price paid. Such a prescription, given à propos, saves the life of a man and would not be overpaid with a thousand francs; any other is not worth the drop of ink that was used to write it. Each understands however that the physician was disturbed, that he has used his time, that he had to make the journey on foot, by carriage or on horseback; that before being a doctor and having a clientèle he gave himself up to long studies, etc. All of that demands an indemnity: what will it be? No account could establish it with exactitude. One only knows that it is determined en raison composed of the costs incurred by the doctor for his education and his marketing, of the number of the sick, of the competition that his colleagues give him, and of the average consumption or well-being of the families which live in the locality. I sum, and although there has not been an exchange of materials, there is an exchange of values: that is why the cares of the physician who saves the life of his patient, like the one who have the misfortune to lose it, is paid in cash and at the same rate.

The professor, who courts, as one says, the cachet, is remunerated in the same manner and according to the same considerations as the physician.

Now, let us remark that, the lesson given, the consultation written, the person who has it receives in fact what they want. If it please the student