Philosophie du Progrès/102

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Philosophie du Progrès/102/101 Philosophie du Progrès/102/103

[original French]

l'idée de mouvement et de la réalisation subséquente des concepts donnés par cette analyse, toutes les objections tirées de la distinction du moi et du non-moi tombent avec cette distinction elle-même (1). L'être, à son plus haut dégré d'existence, est tout à la fois moi et non-moi: il peut dire indifféremment, parlant de soi comme des autres, je, tu, il, nous, vous, ils. Ce qui établit en lui l'identité et l'adéquateté des personnes , au singulier, au duel et au pluriel, est précisément leur conjugaison.

De même que Descartes ne peut douter s'il pense, et que le doute élevé sur sa pensée serait illégitime; de


(1) Si penser et peser sont anonymes, comme l'étymologie le prouve, l'abîme que l'ancienne ontologie avait creusé entre l'esprit et la matière est comblé; les vibrations de l'éther peuvent transmettre les impressions du cerveau; la conscience n'est plus qu'un foyer de mouvements, auxquels les corps les plus bruts peuvent faire écho. Par cela seul que je pense, je me meus; par cela seul que mon cerveau conçoit l'idée d'un mouvement, il l'exécute; et les muscles qui en reçoivent le contre-coup par les nerfs, tendent à l'exécuter à leur tour. Ils l'exécuteraient sans doute, si une pensée en sens contraire ne venait suspendre leur action, et faire mourir, à l'extrémité nerveuse, la première impulsion. Que deux, trois, ou un plus grand nombre de sujets pensants se mettent en rapport par un conducteur quelconque, qu'un mot soit jeté au milieu d'eux, et il se produira, à leur insu, une commotion générale, traduisible en idées, et dont la spontanéité fera croire aux personnes superstitieuses à la présence d'un démon familier, d'une âme défunte. La carrière serait-elle rouverte, pour cela, aux devins et aux nécromans? Gardons-nous de le croire. La nature, par ses harmonies, par la constance de ses lois, par la fixité de ses types, nous apprend assez à nous moquer des prodiges et de monstres; et c'est le signe d'un grand abaissement des intelligences, préludes des grandes catastrophes, quand les peuples, incapables du labeur scientifique, se mettent à délaisser la raison et la nature pour courir après les évocations et les miracles.

[English translation]

the idea of movement and of the subsequent realization of the concepts given by that analysis, all the objections drawn from the distinction of me the not-me fall with that distinction itself (1). The being, at its highest degree of existence, is at once me and not-me: he can say equally, speaking of himself as of others, I, you, he, we, you all, they. What establishes in him the identity and the [adéquateté] of persons, in the singular, [au duel] and in the plural, is precisely their conjugation.

Just as Descartes could not doubt that he thought, and as doubt raised on his thought would be illegitimate; so


(1) If to think [penser] and to weigh [peser] are impersonal [anonymes], as etymology proves, the gulf that the ancient ontology had dug between mind and matter is filled in; the vibrations of the ether can transmit the impressions of the brain; consciousness is no longer anything by a source of movements, which the crudest of bodies can echo. By the sole fact that I think, I move; par the conception by my brain of the idea of movement, it executes it; and the muscles which receive the effect via the nerves, tend to execute it in their turn. They would undoubtedly execute it, if a thought contrary in sense did not suspend their action, and make the first impulse die at the extremity of the nerves. If two, three, or a greater number of thinking subjects put themselves in relation by any conductor, if a word is thrown in their midst, it would produce, unbeknownst to them, a general commotion, translatable into ideas, and of which the spontaneity would make known to superstitious persons the presence of a demon familiar, of a departed soul. Would the [carrière] open up, for that, to the soothsayers and the necromancers? Perish the thought. Nature, by its harmonies, by the constancy of its laws, by the fixity of its types, teaches us enough to scoff at prodigies and monsters; and it is the sign of a great abasement of intelligence, a prelude to great catastrophes, when the people, incapable of scientific toil, abandon reason and nature to chase after evocations and miracles.