Philosophie du Progrès/18

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search

[original French]

Qu'est-ce que l'Absolu, ou, pour le désigner mieux, l'Absolutisme? — Tout le monde le répudie, personne n'en veut plus; et cependant je puis le dire, tout le monde est chrétien, protestant, juif ou athée, monarchiste ou démocrate, communiste ou malthusien: tout le monde, blasphémant le Progrès, est enchaîné à l'Absolu.

Si donc je pouvais une fois faire toucher du doigt l'opposition que je mets entre ces deux idées, expliquer ce que j'entends par Progres et ce que je considère comme Absolu, j'aurais donné le principe, le secret et la clef de toutes mes polémiques; vous posséderiez le lien logique de toutes mes idées; et vous pourriez, d'après cette seule notion, devenue pour vous vis-à-vis de moi un criterium infaillible, non-seulement apprécier l'ensemble de mes publications, mais prévoir et signaler à l'avance les propositions que tôt ou tard je devrai affirmer ou nier, les doctrines dont j'aurai à me constituer le défenseur ou l'adversaire; vous pourriez, dis-je, apprécier et juger toutes mes thèses et par ce que j'en ai dit et par ce que je ne sais pas. Vous me connaîtriez alors, intus et in cute, tel que je suis, tel que j'ai été toute ma vie et que je me retrouverais dans mille ans, si je devais vivre mille ans: l'homme dont la


Enfin, il n'y a pas jusqu'aux conservateurs les plus acharnés qui ne se réclament du Progrès: dans leur langage, le Progrès, opposé à la Révolution, indique une marche si lente, qu'il équivaut à l'immobilisme.

Malgré toutes ces études, on peut dire que le Progrès est resté dans la philosophie à l'état de simple phénomène : comme principe, il n'est point entré dans la spéculation. Ce n'est encore ni une vérité, ni une erreur mère. Bien loin qu'il ait été conçu comme l'être même des êtres, on n'y a guère vu autre chose qu'un accident de la création, ou une marche de la société vers un état culminant et définitif, que chacun s'est efforcé ensuite de prévoir et de décrire, au gré de ses aspirations particulières, à la façon des législateurs et utopistes de tous les temps.

[English translation]

What is the Absolute, or, to better designate it, Absolutism? — Everyone repudiates it, nobody wants it anymore; and yet I can say that everyone is Christian, protestant, Jew or atheist, monarchist or democrat, communist or Malthusian: everyone, blaspheming against Progress, is allied to the Absolute.

If then I could once put my finger on the opposition that I put between these two ideas, to explain what I mean by Progress and what I consider Absolute, I would have given the principle, secret and key to all my polemics; you would possess the logical link of all of my ideas; and you could, with that notion alone, become for you with regard to me an infallible criterion, not only to estimate the ensemble of my publications, but to forecast and signal in advance the propositions that sooner or later I must affirm or deny, the doctrines of which I will have to make myself the defender or adversary; you would be able, I say, to evaluate and judge all my theses by what I have said and by what I do not know. You would know me that, intus et in cute, such as I am, such as I have been all my life, and as I would find myself in a thousand years, if I could live a thousand years: the man whose


Finally, there are none even among our most bitter conservatives who do not claim Progress: in their language, Progress, opposed to the Revolution, indicates a movement so slow, that it is the equivalent of stasis.

Despite all these studies, it can be said that Progress remains within philosophy in the state of a simple phenomenon: as a principle, it has not entered into the speculation. It is yet neither a truth nor a mere error. As long as it had been conceived as the very being of beings, one had hardly seen there anything but an accident of creation, or a march of society towards a culminating and definitive state, that each had tried to predict or describe, according to his individual aspirations, in the fashion of the legislators and utopists in all eras.