Philosophie du Progrès/26

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Philosophie du Progrès/26/25 Philosophie du Progrès/26/27

[original French]

civilisation s'abîmerait bientôt, si la lumière ne parvenait à se faire dans ce néant.

Telle est la situation où se trouve la France, non pas seulement depuis la révolution de février, mais depuis celle de 1789; situation dont j'accuse jusqu'à certain point les philosophes, les publicistes, tous ceux qui, ayant mission d'instruire le peuple et de former l'opinion, n'ont pas vu, ou n'ont pas voulu voir, que l'idée de Progrès étant désormais universellement acceptée, ayant acquis droit de bourgeoisie , non seulement dans les écoles, mais jusque dans les temples, érigée enfin en catégorie de la raison, les anciennes représentations des choses tant naturelles que sociales sont perverties, et qu'il est nécessaire de reconstruire à nouveau, au moyen de cette lampe nouvelle de l'entendement, la science et les lois.

Dimsit lucem à tenebris! Séparation des idées positives, construites sur la notion du Progrès, d'avec les théories plus ou moins utopiques que suggère l'Absolu: telle est, monsieur, la pensée générale qui me guide. Voilà mon principe, mon idée mère; ce qui fait le fond et le lien de tous mes jugements. Il me sera facile de vous montrer comment, dans toutes mes controverses, j'ai cru y obéir: vous direz si j'y ai été fidèle.

II

Ainsi je soutiens, et c'est une de mes convictions les plus inébranlables, qu'avec la notion du Progrès toute notre vieille logique aristotélicienne, toute cette dialectique d'école est sans valeur aucune; qu'il faut au plus vite, sous peine de déraisonner toute notre vie, nous en débarrasser. Ce qu'on prend pour raisonnement aujourd'hui, mélange de conceptions absolutistes et progressistes

[English translation]

civilization would soon be spoiled, if light did not manage to make itself seen in that void.

Such is the situation that France finds itself it, not only since the revolution of February, but since that of 1789; a situation for which I blame, up to a certain point, the philosophers, the publicists, all those who, having a mission to instruct the people and form opinion, have not seen, or have not wanted to see, that the idea Progress being from now on universally accepted, [ayant acquis droit de bourgeoisie], not only in the schools, but even in the temples, raised finally to the category of reason, the old representations of things, natural as well as social, are corrupted, and that it is necessary to reconstruct anew, by means of that new lamp of the understanding, science and the laws.

Dimsit lucem à tenebris! Separation of positive ideas, constructed on the notion of Progress, from the more or less utopian theories that suggest the Absolute: such is, sir, the general thought which guides me. There is my principle, my idea itself, that which makes the base and the link of all my judgments. It will be easy for me to show how, in all my controversies, I have thought to obey it: you will say if I have been faithful.

II

Thus I maintain, and it is one of my most unshakable convictions, that with the notion of Progress all our old aristotelian logic, all that school dialectic is valueless, and that it must rid ourselves of it most quickly, or else talk nonsense all our lives. what one takes for reasoning today, a melange of absolutist and progressive ideas,