Philosophie du Progrès/38

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Philosophie du Progrès/38/37 Philosophie du Progrès/38/39

[original French]

toutes à une raison unique, variable, susceptible d'élévation à l'infini, le groupe (1).

V

C'est d'après cette conception de l'être en général, et en particulier du moi humain, que je crois possible de prouver la réalité positive, et jusqu'à certain point de démontrer les idées (les lois) du moi social ou du groupe humanitaire, et de constater et manifester, au dessus et en dehors de notre existence individuelle, l'existence d'une individualité supérieure de l'homme collectif, existence que la philosophie ne pouvait pas même auparavant soupçonner, parce que, d'après ses données ontologiques, elle était dans l'incapacité absolue de la concevoir.

Suivant les uns, la société est la juxtaposition d'individus similaires faisant chacun le sacrifice d'une partie de leur liberté, afin de pouvoir, sans se nuire les uns aux autres, demeurer juxtaposés, et vivre côte à côte en paix. Telle est la théorie de Rousseau : c'est le système de l'arbitraire gouvernemental, non pas, il est vrai, en tant que cet arbitraire est le fait d'un homme prince ou tyran; mais, ce qui est beaucoup plus grave, en tant qu'il est le fait de la multitude, le produit du suffrage universel. Selon qu'il conviendra à la multitude, ou à ceux qui la soufflent, de resserrer plus ou moins le lien social, de donner plus ou moins d'essor aux libertés locales et individuelles, le prétendu Contrat social peut aller depuis le gouvernement direct et parcellaire du peuple jusqu'au césarisme, depuis


(1) La science moderne confirme cette définition de l'être. Plus la physique et la chimie avancent, plus elles se dématérialisent, et tendent à se constituer sur des notions purement mathématiques.

[English translation]

all to a single reason, variable, susceptible to infinite elevation, the group (1).

V

It is following that conception of being in general, and in particular of the human self, that I believe it possible to prove the positive reality, and up to a certain point to demonstrate the ideas (the laws) of the social self or humanitary group, and to ascertain and show, above and beyond our individual existence, the existence of a superior individuality of the collective man, an existence that philosophy could not even suspect before, because, following its ontological concepts, it was absolutely incapable of conceiving it.

According to some, society is the juxtaposition of similar individuals, each sacrificing a part of their liberty, so as to be able, without harming one another, to remain juxtaposed, and live side by side in peace. Such is the theory of Rousseau: it is the system of governmental arbitrariness, not, it is true, as that arbitrariness is the deed of a prince or tyrant; but, what is much more serious, in that it is the dead of the multitude, the product of universal suffrage. Depending on whether it conviendra to the multitude, or to those who prompt it, to tighten more or less the social ties, to give more or less development to local and individual liberties, the alleged Social Contract can go from the direct and fragmented government of the people up to caesarism, since


(1) Modern science confirms that definition of being. The more that physics and chemistry advance, the more they dematerialize, and tend to constitute themselves on purely mathematical notions.