Philosophie du Progrès/39

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Philosophie du Progrès/39/38 Philosophie du Progrès/39/40

[original French]

les relations de simple voisinage jusqu'à la communauté de biens et de gains, d'enfants et de femmes. Tout ce que l'histoire et l'imagination peuvent suggérer d'extrême licence et d'extrême servitude se déduit avec une facilité et une rigueur de logique égale de la théorie sociétaire de Rousseau.

Suivant d'autres, et ceux-ci malgré leurs allures scientifiques ne me semblent guère plus avancés, la société, personne morale, être de raison, fiction pure, n'est que le développement, sur des masses, des phénomènes de l'organisation individuelle, de telle sorte que la connaissance de l'individu donne aussitôt la connaissance de la société, et que la politique se résout dans la physiologie et l'hygiène. Mais qu'est-ce que l'hygiène sociale? C'est apparemment, pour chaque membre de la société, une éducation libérale, une instruction variée, une fonction lucrative, un travail modéré, un régime confortable: or, la question est précisément de savoir comment nous nous procurerons tout cela!

Pour moi, d'après la notion de mouvement, progrès, série, groupe, dont l'ontologie est désormais forcée de tenir compte, et d'après les quelques renseignements que fournissent sur la question l'économie et l'histoire, je regarde la société, le groupe humain, comme un être sui generis, constitué par le rapport fluidique et la solidarité économique de tous les individus soit de la nation, soit de la localité ou corporation, soit de l'espèce entière; lesquels individus circulent librement les uns à travers les autres, s'approchent, se joignent, s'écartent tour à tour dans toutes les directions; — un être qui a ses fonctions à lui, étrangères à notre individualité, ses idées qu'il nous communique, ses jugements qui ne ressemblent point aux nôtres, sa volonté en opposition diamétrale avec nos instincts, sa vie, qui n'est point celle de l'animal ou de la

[English translation]

relations of simple proximity up to the community of goods and gains, women and children. All that history and the imagination can suggest of extreme license and extreme servitude is deduced with an ease and logical rigor equal to societary theory of Rousseau.

According to others, and these despite their scientific appearance seem to me hardly more advanced, society, moral person, reasoning being, pure fiction, is only the development, among the masses, of the phenomena of individual organization, so that knowledge of the individual gives immediately knowledge of society, and politics resolves itself into physiology and hygiene. But what is social hygiene? It is apparently, for each member of society, a liberal education, a varied instruction, a lucrative function, a moderate labor, a comfortable regime: now, the question is precisely how to procure for ourselves all of that!

For me, following the notions of movement, progress, series and group, of which ontology is compelled from now on to take account, and after the various findings that economics and history furnish on the question, I regard society, the human group, as a being sui generis, constituted by the fluid relations and economic solidarity of all the individuals, of the nation, of the locality or corporation, or of the entire species; which individuals circulate freely among one another, approaching one another, joining together, dispersing in turn in all directions; — a being which has its own functions, alien to our individuality, its own ideas which it communicates to us, its judgments which do not at all resemble ours, its will in diametrical opposition with our instincts, its life, which is not that of the animal or the