Philosophie du Progrès/47

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Philosophie du Progrès/47/46 Philosophie du Progrès/47/48

[original French]

données, il me reste sur la question religieuse : que ce que l'Humanité cherche dans la religion, sous le nom de Dieu, c'est sa propre constitution, c'est elle-même ; que néanmoins Dieu,d'après le dogme théologique, étant infini dans ses attributs, parfait,immuable, absolu ; l'Humanité, au contraire, perfectible, progressive, mobile et changeante, le second terme ne saurait être jamais adéquat au premier ; il restent donc fatalement antithétiques, l'un étant toujours l'expression renversée de l'autre ; que la conséquence de cette antithèse ou antithéisme, comme je l'ai nommé, c'est d'abolir toute religion ou adoration, idolâtrie, pneumatolâtrie, christolâtrie, anthropolâtrie, puisque d'un côté l'idée de Dieu, opposée à celle du mouvement, groupe, série, progrès, ne représente aucune réalité possible, et que de l'autre l'Humanité, essentiellement perfectible, jamais parfaite, restant constamment au dessous de sa propre idée, reste par conséquent toujours au dessous de l'adoration, ce que je résume eu cette formule à la fois positive et négative, et parfaitement claire dans notre langue: Remplacement du culte de l'Être prétendu suprême par la culture de l'Humanité (1).

(1) Toute théorie sociale commence nécessairement par une théorie de la raison et par une solution du problème cosmothéologique. Aucun philosophe n'a manqu& à ce devoir. C'est ce qui explique pourquoi les partisans de la hiérarchie politique et sociale procèdent tous d'une conception théosophique, tandis que les démocrates inclinent généralement vers une émancipation absolue de la raison et de la conscience. Pour démocratiser le genre humain, dit fort bien M. Charles Lemaire, il faut démonarchiser l'Univers.

[English translation]

givens, it remains for me on the religious question: what Humanity seeks in religion, under the name of God, is its own constitution, itself; that nonetheless God, according to the theological dogma, being infinite in its attributes, perfect, immutable and absolute; Humanity, o the contrary, perfectible, progressive, mobile and changing, the second term would never be known adequate to the first; it remains then antithetical, one always being the reversed expression of the other; that the consequence of that antithesis or antitheism, as I have called it, is to abolish all religion or adoration, idolatry, pneumatolatry, christolatry, anthropolatry, since on one side the idea of God, opposed to that of movement, group, series, progress, does not represent any possible reality, and that the other of Humanity, essentially perfectible, never perfect, remains constantly below its own proper idea, remains consequently always below worship, what I summarize in that formula at once positive and negative, and perfectly clear in our language: Replacement of the cult of the alleged Supreme Being by the culture of Humanity (1).

(1) Every social theory necessarily begins with a theory of reason and by a solution of the cosmotheological problem. No philosophy has lacked that devoir. This is what explains why the partisans of political and social hierarchy all begin from a theosophic idea, while the democrats generally incline towards an absolute emancipation of reason and conscience. In order to democratize the human race, insists Charles Lemaire, it is necessary to demonarchize the Universe.