Philosophie du Progrès/79

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Philosophie du Progrès/79/78 Philosophie du Progrès/79/80

[original French]

de 89 et 93, on a jeté autant qu'on l'a pu le discrédit sur les théories socialistes; au lieu d'aider à l'investigation, on l'a supprimée. Sans doute il fallait réhabiliter, venger les hommes de la grande époque ; le progrès de notre génération s'accélérait de toute la Justice qui leur était rendue. Mais fallait-il les prendre pour modèles, nous imposer leur pratique et leurs préjugés? En ce moment, c'est le socialisme que des coteries soi-disant révolutionnaires, et qui sont tout au plus insurrectionnelles, accusent de tout le mal fait depuis 1848 à la révolution. Si le socialisme, disent-elles, c'est à dire si la révolution n'existait pas, la révolution n'aurait pas amené la contre-révolution!... Aussi, ne vous y trompez pas, cette vieille démocratie n'aspire-t-elle qu'à sauver une dernière fois la société du socialisme, et regrette de ne l'avoir pas, en 1848, mieux sauvée. Grâce à cette distinction ahsurde entre le parti socialiste et le parti révolutionnaire, une poignée de dictateurs a juré, dit-on, dans son zèle patriotique, l'extermination du socialisme, la suppression du Progrès! Savez-vous où nous pousse cet aveuglement des néo-jacobins? Aune réaction sans limite, dont ils ne seraient pas les héros, mais les victimes, mais dont aussi, pour comble de misère, ils n'auraient pas le droit de se plaindre, parce qu'ils en auraient été les complices (1)...


(1) Je laisse subsister ce passage, non pour insulter à des infortunes que je partageais lorsqu'il a été écrit, mais pour répondre à d'infatigables calomnies.

Ce qu'il j a surtout d'affligeant dans le coup d'État du 2 décembre, c'est que les hommes qu'il a le plus-cruellement frappés sont justement ceux qui paraissent le comprendre le moins. On ne veut voir que l'instrument, l'occasion, le prétexte, si j'ose ainsi dire les ficelles: on se refuse obstinément à reconnaître les causes. Les causes, c'est la terreur causée par une révolution dont le caractère, la mesure et la fin étaient dénaturés; c'est la direction rétrograde de l'opinion, la résis-

[English translation]

of '89 and '93, one had cast as much discredit as one could on the socialist theories; instead of aiding the investigation, one has suppressed it. Doubtless it was necessary to to redeem and avenge the men of the grand epoch; the progress of our generation accelerated from all the Justice which was rendered to them. But was it necessary to take them for models, to impose on us their practices and prejudices? In this moment, it is socialism that the so-called revolutionary coteries, who are all most insurrectionary, blame for all the ill done to the revolution since 1848. If socialism, i.e. if the revolution had not existed, they say, the revolution would not have brought about the counter-revolution!... Moreover, be not mistaken, doesn't that old democracy aspire only to save society from socialism one last time and regret not having protected it better in 1848? Thanks to that absurd distinction between the socialist party and the revolutionary party, they say, a handful of dictators has vowed, in their patriotic zeal, to exterminate socialism, to suppress Progress! Do you know where this blindness of the neo-Jacobins would push us? To a reaction without limits, of which they would not be the heroes, but the victims, but of which, also, to top their misery, they would have no right to complain, since they would have been its accomplices...


(1) I have allowed this passage to remain, not to insult the unfortunates among whom I lived when writing it, but to address a perpetual slander.

What is especially distressing in the coup d'état of December 2 is that the people it has most severely affected are precisely those who appear to understand it the least. They wish to see nothing but the instrument, the occasion, the pretext, if I may say so, the tricks: they stubbornly refuse to recognize the causes. The causes are the terror of a revolution the character, extent and purpose of which were denatured; it is the regressive tendency of opinion, the resistance