Philosophie du Progrès/86

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Philosophie du Progrès/86/85 Philosophie du Progrès/86/87

[original French]

sont-ils empressés de l'imiter. Mais la raison proteste: Cela est dur, disaient en présence de Jésus-Christ même les apôtres, Durus est hic sermo! Car enfin, l'Évangile n'a pas tout dit, tout prévu; quant à l'Église, elle a tant de fois et si scandaleusement failli! Et que serait-ce, si je montrais tout à l'heure que le soi-disant criterium n'a jamais servi à discerner une vérité, à rendre un seul jugement!...

Toutefois, au lieu de révoquer en doute le criterium chrétien, on a pensé d'abord à le rendre plus universel et plus exact. Corriger le criterium de la vérité, cela pouvait passer pour une bonne folie: mais quoi! il n'y avait pas moyen de faire autrement. Aussi bien ne voyait-on pas plus de difficulté à la chose qu'à une rectification des poids et mesures.

Donc, suivant la Réforme, le Christ est Dieu, ou à peu près; son enseignement est souverain, et comme criterium, dans les questions auxquelles il peut s'appliquer immédiatement, infaillible. Quant à l'exégèse épiscopale et à l'autorité des conciles et du pape, la Réforme les rejette l'une et l'autre, comme étroites, partiales, sujettes à précipitation, contradiction. Au lieu et place de l'Église, tout fidèle est investi du droit de lire par lui-même le texte sacré et d'en rechercher le sens. En autres termes, le criterium évangélique, dont l'Église romaine avait seule autrefois le droit de se servir, a été remis aux mains de chaque baptisé: tel a été le résultat de la Réforme.

M. de Lamennais, dans son Essai sur l'indifférence en matière de religion, s'y est pris d'une autre manière. Suivant ce Croyant, Dieu s'est révélé de tout temps à l'humanité, non seulement par les patriarches, les prêtres et les prophètes de l'ancien Testament, non seulement par Jésus et son Église, mais par tous les fondateurs de religion, Zoroastre, Hermès, Orphée, Bouddha, Confucius, etc. Tout

[English translation]

are eager to imitate it. But reason protests: That is hard, even in the presence of Jesus Christ the apostles said, Durus est hic sermo! For in the end, the Gospel has not said everything, foreseen everything; as for the Church, it has so often and so scandalously failed! And what if I showed in a moment that the so-called criterion has never served to discern a single truth, to render a single judgment!...

However, instead of dismissing from doubt the Christian criterion, one has thought first to render it more universal and more exact. To correct the criterion of truth, that could pass for real folly: but what! There had been no means to do otherwise. And no more difficulty to the thing was seen than a rectification of weights and measures.

Then, following the Reformation, Christ is God, or nearly so; his teaching is sovereign, and as criterion, in the questions to which it can be applied immediately, infallible. As for the episcopal exegesis and the authority of the councils and the pope, the Reformations rejects them all, comme narrow, partial, subject to haste and to contradiction. Instead and in place of the Church, each of the faithful is invested with the right to read by himself the sacred text and to seek its sense. In other words, the evangelical criterion, which formerly only the Roman Church had had the right to use, has been put back in the hands of the baptized: such has been the result of the Reformation.

Lamennais, in his Essai sur l'indifférence en matière de religion, s'y est pris d'une autre manière. According to that Croyant, God is revealed at all times to humanity, not only by the patriarchs, priests and prophets of the Old Testament, not only by Jesus and his Church, but by all the founders of religion: Zoroaster, Hermes, Orpheus, Buddha, Confucius, etc. All