Solution du problème de la misère/07

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème de la misère/07/06 Solution du problème de la misère/07/08

[original French]

par une organisation sociale qui entraîne avec elle de nombreuses difficultés, que l'on vaincra avec le temps et par l'instruction, sans nul doute, ils n'ont fait qu'exposer leur système à la calomnie de ceux qui ne les comprennent point. Ils n'ont pas commencé par le commencement, et voilà leur tort.

Aujourd'hui, ce qu'il faut, ce qui est seulement possible, c'est un système qui supprime la misère instantanément, sans déranger d'abord les habi- tudes sociales ; mais qui, de jour en jour, nous mène, à pas de géant, à l'organisation du travail, aux plus grandes réformes, vers le but le plus par- fait, de la société.

Naguère encore, simple ouvrier, je n'ai; pu approfondir autant que je l'aurais voulu toutes les questions d'économie politique : il. m'a fallu! travailler pour vivre. Mais, j'ai eu froid, j'ai eu; faim, j'ai souffert, faute d'ouvrage; et toutes mes souffrances, équivalant à bien des réflexions de ce genre, m'ont fourni les lumières nécessaires au développement de l' adjuv autisme.

Je ne dirai pas mon adjuvantisme ou mon système ; car, étant l'expression fidèle de la pensée des ouvriers, mes frères, il appartient, comme

[English translation]

by a social organization which carries with it numerous difficulties, that we will defeat with time and by instruction, without any doubt, they have only managed to expose their system to the calomny of those who do not understand. They have not started at the beginning, and that is their fault.

Today, what is needed, what is seulement possible, is a system which suppresses poverty instantaneously, without first disturbing social habits; but which, from day to day, leads us, by giant steps, to the organization of labor, to greater reforms, towards the most perfect aims of society.

Until recently, a simple worker, I have not been able to delve as much as I would have liked into the questions of political economy: I had to work to live. But I have been cold, I have been hungry, I have suffered without work; and all my sufferings, équivalant à bien des réflexions of that sort, have furnished me the insights necessary to the development of adjuvantism.

I would not say my adjuvantism or my system; for, being the faithful expression of the thought of the workers, my brothers, it belongs, like