Solution du problème social/101

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème social/101/100 Solution du problème social/101/102

[original French]

le remboursement offert, par conséquent justice encore sous ce point do vue clans le projet.

Mais la justice ne serait pas satisfaite si la condition de l'ouvrier n'était pas améliorée ; et c'est par ce côté surtout que la proposition se recommande.

Le crédit fourni devant être, selon les prévisions les plus probables, de deux milliards cinq cents millions, soit du quart environ de tout le produit national, et conséquemment le prix des services et marchandises réduit en moyenne de 25 p. 100, il s'ensuit que l'ouvrier, qui par la retenue du 20e aura subi sur un salaire de 2 fr. une retenue de 10 centimes, se trouvera aussi riche après l'opération avec 1 fr. 90, qu'il l'eût été auparavant avec 2 fr. 50.

Le propriétaire, dont le capital seul travaille, comme dit Say, ne perd rien ; le travailleur, qui n'a que la propriété de ses bras, gagne d'autant plus qu'il est moins rétribué : tel est la loi du travail et du capital.

Vous parlez d'impôt progressif : le voilà trouvé. Toute autre manière d'appliquer cet impôt vous conduit à l'oppression du capital : ce n'est plus, prenez-y garde, un impôt sur le riche; c'est un veto sur la richesse.

Vous voulez, comme les Anglais, imposer le revenu. Voilà vos rôles établis. Ordonnez à la fois la réduction de la rente et la réduction du salaire : et vous serez sur le grand chemin du crédit et de la richesse.

J'avertis, au surplus, que ce n'est point par des nivellements de cette espèce que doit s'établir l'égalité entre les hommes. L'égalité n'a rien à faire avec les combinaisons des mathémathiques : l'égalité du revenu, quand môme nous pourrions par cette voie y arriver, ne serait que le matérialisme de l'égalité.

2° J'ajoute que la mesure proposée est d'une efficacité sûre, d'un côté, pour faire sortir la richesse; de l'autre, pour augmenter la production.

Sous l'impression de terreur causée par la Révolution, la richesse s'est retirée du corps social, comme le sang qui, chez un homme saisi d'épouvante, reflue vers le cœur. Le

[English translation]