Solution du problème social/108

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème social/108/107 Solution du problème social/108/109

[original French]

meilleur marché qu'aujourd'hui, je propose d'arrêter le prix de commerce, pour tous les produits et services au prix de revient du jour qui précédera la promulgation du décret, soit 25 pour cent, en général, au-dessus du prix de revient du jour qui suivra la promulgation; la différence de 25 pour cent entre les deux prix de revient étant laissée comme latitude à la concurrence et bénéfice aux entrepreneurs.

Voici donc, à peu près, ce que le Gouvernement aurait à d t crête r.

L'État, comme tout autre entrepreneur, fait une économie par la réduction des salaires de ses employés, et par la diminution du prix des produits et services qu'il achète. 11 nous doit ure compensation, et c'est à lui de donner l'exemple.

Donc,

1. Réduction de "45 centimes sur la contribution foncière.

2. Réduction des impôts sur le sel, les boissons, la viande, les postes.

3. Réduction des tarifs de douanes.

A propos de cet article, le Gouvernement devra réviser avec un soin particulier les droits d'entrée sur les céréales, les bestiaux et autres subsistances : l'agriculture étant exceptée de la réduction générale des prix et salaires, une garantie doit être donnée aux consommateurs contre le mauvais vouloir et la coalition des fermiers.

4. Réduction de tous les tarifs de navigation intérieure, au taux uniforme de 3 centimes, dixième compris, par tonne et myriamètre, pour les marchandises de première classe, et 1 centime pour celles de seconde.

Pour les mardandises de transit, abolition de toute espèce de droits.

Il est à ma connaissance personnelle que le transit seul, une fois dégrevé des droits de navigation et de plombage, procurerait au pays un bénéfice de 10 millions.

5. Réduction des droits d'octrois...

[English translation]

translated text...