Solution du problème social/113

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème social/113/112 Solution du problème social/113/114

[original French]

Créditer, sous le règne monarchique de l'or, c'est PrÊter.

Créditer, sous le régime républicain du bon marché,

c'est ÉCHANGER.

Abordons maintenant le problème de la constitution d'une banque, considérée, non plus comme maison de commerce, mais comme organe du crédit, c'est-à-dire, dans la pensée nouvelle, organe d'échange, organe circulatoire. ,

Tout le monde sait ce qu'est la lettre de change : Invitation faite par le créancier au débiteur, de payer, à lui ou à son ordre, à tel domicile, à tel lieu, à telle date, telle somme.

Le billet à ordre est l'inverse de la lettre d'échange : c'est la promesse faite par le débiteur au créancier de payer, etc.

« La lettre de change, dit le Code, est tirée d'un lieu « sur un autre. — Elle est datée. — Elle énonce : la somme <> à payer, le nom de celui qui doit payer, l'époque et le « lieu où le paiement doit s'effectuer ; la valeur fournie en « espèces, en marchandises, en compte, ou de toute autre « manière. — Elle est à l'ordre d'un tiers, ou à l'ordre du « tireur lui-même. Si elle est par lre, 2e, 3e, 4e, etc., elle « l'exprime.

La lettre de change suppose donc charge, provision et acceptation, c'est-à-dire valeur créée et livrée par le tireur, existence chez le tiré des fonds destinés à l'acquitter, et promesse d'acquittement. Quand la lettre de change est revêtue de toutes ces formalités; qu'elle porte le timbre national; qu'elle représente un service réel et effectué, une marchandise livrée; que le tireur et le tiré sont connus et solvables ; qu'elle est revêtue, en un mot, de toutes les conditions qui peuvent garantir l'accomplissement de l'obligation, la lettre de change est considérée comme bonne valeur; elle circule dans le commerce comme papier de banque, comme numéraire. Personne ne fait difficulté de la recevoir, sous prétexte qu'une lettre de

[English translation]

Créditer, sous le règne monarchique de l'or, c'est PrÊter.

Créditer, sous le régime républicain du bon marché,

c'est ÉCHANGER.

Abordons maintenant le problème de la constitution d'une banque, considérée, non plus comme maison de commerce, mais comme organe du crédit, c'est-à-dire, dans la pensée nouvelle, organe d'échange, organe circulatoire. ,

Everybody knows what a bill of exchange is. The creditor requests the debtor to pay to him, or to his order, at such a place, at such a date, such a sum of money.

Le billet à ordre est l'inverse de la lettre d'échange : c'est la promesse faite par le débiteur au créancier de payer, etc.

« La lettre de change, dit le Code, est tirée d'un lieu « sur un autre. — Elle est datée. — Elle énonce : la somme <> à payer, le nom de celui qui doit payer, l'époque et le « lieu où le paiement doit s'effectuer ; la valeur fournie en « espèces, en marchandises, en compte, ou de toute autre « manière. — Elle est à l'ordre d'un tiers, ou à l'ordre du « tireur lui-même. Si elle est par lre, 2e, 3e, 4e, etc., elle « l'exprime.

The bill of exchange supposes, therefore, exchange, provision and acceptance; that is to say, a value created and delivered by the drawer; the existence, in the hands of the drawee, of the funds destined to acquit the bill, and the promise on the part of the drawee, to acquit it. When the bill of exchange is clothed with all these formalities; when it represents a real service actually rendered, or merchandise delivered; when the drawer and drawee are known and solvent; when, in a word, it is clothed with all the conditions necessary to guarantee the accomplishment of the obligation, the bill of exchange is considered good; it circulates in the mercantile world like bank-paper, like specie. No one objects to receiving it under pretext that a bill