Solution du problème social/123

From The Libertarian Labyrinth
Revision as of 19:18, 27 January 2018 by Shawn P. Wilbur (Talk | contribs) (1 revision imported)

(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search
Solution du problème social/123/122 Solution du problème social/123/124

[original French]

royauté de l'or. Je ne porte en compte que les économies positives.

2. Extension du débouché.

La suppression du numéraire creuse au travail un débouché sans fond. Car, chose remarquable et point du tout remarquée, l'or, qu'on se figure comme la clef du commerce, n'en est que le verrou. L'or est à l'échange ce que Napoléon était à la liberté. Quand la liberté fut dispensée aux citoyens par cette main impériale, la liberté n'exista plus. L'or joue à l'égard de la circulation précisément le même rôle. C'est une sentinelle placée à l'entrée du débouché, et dont la consigne est: On ne passe pas!

Si, comme je pense l'avoir démontré, le crédit c'est l'échange , il s'ensuit d'abord que tout entrepreneur ayant besoin de crédit, au lieu de s'adresser à l'homme d'argent, s'adressera immédiatement à la consommation et à la production. Il s'adressera à la consommation, afin d'en obtenir des commandes; puis sur la foi, sur le crédit de ses commandes, il ira trouver le producteur des matières, instruments ou services dont il a besoin, recevra ses fournitures, et le couvrira en lettres de commerce qui seront converties par la Banque, sous les précautions ordinaires, en papier de change. Ainsi, le véritable commanditaire est le consommateur: entre lui et le nouvel entrepreneur, l'entremise de l'homme d'argent n'est plus nécessaire; des produits, dont les uns sont réalisés, et les autres réalisables dans un avenir plus ou moins éloigné, s'échangent immédiatement, sans entremetteur, sans usure, par la simple constitution de l'échange: chose impossible aujourd'hui, sous la royauté prohibitive du numéraire. L'entrepreneur n'a plus à s'occuper de l'argent; il ne s'agit pour lui que d'établir sa propre productivité, autrement dire l'acceptabilité de ses produits.

Une immense facilité est ainsi donnée aux entrepreneurs, soit pour s'établir, soit pour développer leurs entreprises, soit enfin pour réparer leurs échecs, ou se relever de leurs sinistres. Or, rendre les entreprises plus faciles,

[English translation]

royalty of gold. Je ne porte en compte que les économies positives.

2. Extension of débouché.

The removal of cash to work digging an outlet without substance. For, something remarkable and noteworthy point at all, gold, which is listed as the key to the trade, is that the bolt. Gold is to exchange qhat Napoleon was to freedom. When freedom was provided to citizens through the main deck, freedom no longer exists. Gold plays with respect to the movement exactly the same role. It placed a sentry at the entrance to the outlet, and whose record is:It does not pass!

If, as I think I have shown, credit is exchange, it follows first that any entrepreneur in need of credit, instead of going to the man of money, if immediately send to the consumption and production. It will address the consumer in order to get orders and then on faith, on the credit of its commands, you will find the producer of the materials, instruments or services they need, will receive its supplies, and cover letters of Commerce which will be converted by the Bank, under the ordinary precautions, of paper currency. Thus, the real sponsor is a consumer between him and the new entrepreneur, human agency more money is needed; products, which some are made, and other feasible in the foreseeable future or less distant exchanged immediately, without entremetteur without wear, by the mere establishment of the exchange: something impossible under the prohibitive royalty cash. The entrepreneur has to deal with money, this is for him to establish his own productivity, in other words the acceptability of its products.

A huge facility is given to entrepreneurs, either to establish or to expand their businesses, or else their failure to repair or recover from their losses. Now, make companies easier,

Translation incomplete