Solution du problème social/93

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème social/93/92 Solution du problème social/93/94

[original French]

Mais, de même que la vie suppose la contradiction, la contradiction à son tour appelle la justice : de là la seconde loi de la création et de l'humanité, la pénétration mutuelle des éléments antagonistes, la réciprocité.

La réciprocité, dans la création, est le principe de l'existence. Dans l'ordre social, la Réciprocité est le principe de la réalité sociale, la formule de la justice. Elle a pour base l'antagonisme éternel des idées, des opinions, des passions, des capacités, des tempéraments, des intérêts. Elle est la condition de l'amour même.

La réciprocité est exprimée dans le précepte: Fais à autrui ce que tu veux que l'on te fasse; précepte que l'économie politique a traduit dans sa formule célèbre: Les produits s'échangent contre des produits.

Or le mal qui nous dévore provient de ce que la loi de réciprocité est méconnue, violée. Le remède est tout entier dans la promulgation de cette loi. L'organisation de nos rapports mutuels et réciproques, voilà toute la science sociale.

Ce n'est donc pas une organisation du travail dont nous avons besoin en ce moment. L'organisation du travail est l'objet propre de la liberté individuelle. Qui bien fera, bien trouvera: l'État n'a rien de plus à dire, à cet égard, aux travailleurs. Ce dont nous avons besoin, ce que je réclame au nom des travailleurs, c'est la réciprocité, la justice dans l'échange, c'est l'organisation du crédit.

Je propose donc comme mesure préparatoire et transitoire:

[English translation]

But, just as life supposes contradiction, contradiction in its turn calls for justice: which leads to the second law of creation and humanity: the mutual interaction of antagonistic elements, reciprocity.

Reciprocity, in the creation, is the principle of existence. In the social order, Reciprocity is the principle of social reality, the formula of justice. It has for base the eternal antagonism of ideas, opinions, passions, capacities, temperaments and interests. It is the condition even of love.

Reciprocity is expressed in the precept: Do unto others as you would have them do unto you; which political economy has translated in its famous formula: Products exchange for products.

Now the evil which devours us provient de ce que the law of reciprocity is misunderstood and violated. The remedy is entirely in the promulgation of that law. The organization of our mutual and reciprocal relations, there is all of social science.

Thus it is not an organization of labor that we need at this moment. The organization of labor is the proper object of individual liberty. He who works hard, gains much: the State has nothing more to say, in this regard, to the worker. What we need, that which I call for in the name of all workers, is reciprocity, justice in exchange, it is the organization of credit.

I propose then as a preparatory and transitory measure: