Solution du problème social/94

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème social/94/93 Solution du problème social/94/95

[original French]

I.


RÉDUCTION DE TOUS SALAIRES, TRAITEMENTS, REVENUS, INTÉRÊTS, DIVIDENDES, ETC. — PROROGATION DE TOUTES ÉCHÉANCES, REMBOURSEMENTS, LOYERS ET FERMAGES.

1. Révocation des décrets relatifs à la réduction des heures de travail, et à l'abolition des tâches et du marchandage...

Quel rapport, dirait-on, entre ces décrets, dictés par les sentiments de la fraternité la plus pure, et le crédit?

Vous le verrez bientôt. Je supplie les travailleurs mes frères de croire que je ne trahirai point leurs intérêts, et que si, dans cet instant terrible, je leur demande au nom de la République crédit d'une heure de travail, c'est que j'ai la certitude de les rembourser avec usure de l'avance qu'ils me feront. Ce n'est point par des réductions et augmentations de l'espèce de celles que leur a concédées le Gouvernement provisoire que leur sort s'améliorera ; il ne peut au contraire qu'empirer.

Quant à la concurrence que se font entre eux les ouvriers par le marchandage, elle est nécessaire pour le progrès de la richesse générale, et d'ailleurs sans péril pour les travailleurs. Ignorent-ils que la production en France est en arrière de soixante- milliards?

2. Réduction des salaires dans tous ateliers, manufactures, mines, fabriques, chantiers, comptoirs, magasins, administrations, fonctions publiques, etc., sans exception, dans la proportion ci-après:

Sur les salaires de 75 centimes et au-dessous, par jour ... zéro
— de 75 centimes à 1 franc ... 1/25
— de 1 franc à 1 fr. 50 ... 1/22

[English translation]

I.


RÉDUCTION DE TOUS SALAIRES, TRAITEMENTS, REVENUS, INTÉRÊTS, DIVIDENDES, ETC. — PROROGATION DE TOUTES ÉCHÉANCES, REMBOURSEMENTS, LOYERS ET FERMAGES.

1. Révocation des décrets relatifs à la réduction des heures de travail, et à l'abolition des tâches et du marchandage...

Quel rapport, dirait-on, entre ces décrets, dictés par les sentiments de la fraternité la plus pure, et le crédit?

Vous le verrez bientôt. Je supplie les travailleurs mes frères de croire que je ne trahirai point leurs intérêts, et que si, dans cet instant terrible, je leur demande au nom de la République crédit d'une heure de travail, c'est que j'ai la certitude de les rembourser avec usure de l'avance qu'ils me feront. Ce n'est point par des réductions et augmentations de l'espèce de celles que leur a concédées le Gouvernement provisoire que leur sort s'améliorera ; il ne peut au contraire qu'empirer.

Quant à la concurrence que se font entre eux les ouvriers par le marchandage, elle est nécessaire pour le progrès de la richesse générale, et d'ailleurs sans péril pour les travailleurs. Ignorent-ils que la production en France est en arrière de soixante- milliards?

2. Réduction des salaires dans tous ateliers, manufactures, mines, fabriques, chantiers, comptoirs, magasins, administrations, fonctions publiques, etc., sans exception, dans la proportion ci-après:

Sur les salaires de 75 centimes et au-dessous, par jour ... zéro
— de 75 centimes à 1 franc ... 1/25
— de 1 franc à 1 fr. 50 ... 1/22