Solution du problème social (Perrot)/12

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème social (Perrot)/12/11 Solution du problème social (Perrot)/12/13

[original French]

Le prince de Galles. — Citoyen, merci de votre cor- dial accueil, je suis heureux de notre mutuelle sympa- thie ; je me félicite aussi de la conformité économique de nos idées; l'alliance anglo-française que nous dési- rons, rencontre ep vous le plus zélé défenseur.

Gambetta. — Prince, ce n'est pas de cela que jo vais vous entretenir aujourd'hui ; mais du discours que je viens de prononcer en faveur du scrutin de liste.

Le prince de Galles.—Ah ! oui, très bien ; la sagesse de ce discours fera voir à votre pays, que par le scrutin de liste, vous pensez prévenir cette confusion politique dont nous avons souvent parlé. Il aura pour effet, en détruisant l'influence mesquine des intérêts régionaux, de représenter beaucoup mieux l'intérêt général.

Gambetta. — Altesse, pour en arriver là, il faut

louvoyer. Le scrutin de liste doit avoir pour but de

restaurer la candidature officielle, mais pas aussi* be-

1 noîtement que l'a fait Mac-Mahon. Il faut la chauffer à

plusieurs atmosphères!

Le prince de Galles. — Comment cela? >

Gambetla% s'animant. — Le scrutin d'arrondisse- ment, parce qu'il est une minime fraction, est plus ac- cessible que le scrutin de liste à la routine locale, et surtout à l'indépendance politique. Sous Napoléon, l'idée impériale toute puissante ressortait, quel que fût le mode de vote. Il n'en est plus ainsi aujourd'hui. Si le 16 mai avait eu le scrutin de liste enmahr, il eût pu triompher, et être maître de la situation. Voici com- ment : Quand au chef-lieu du département les comités de direction sont formés...

[English translation]