Solution du problème social (Perrot)/13

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Solution du problème social (Perrot)/13/12 Solution du problème social (Perrot)/13/14

[original French]

Leprince de Galles, interrompant.—Vousnecomptez pas avec les comités d'arrondissement et de canton.

Gambetta. — Que pourront-ils? Leurs rivalités fini- ront par détacher d'eux les électeurs, qui voteront avec les comités du département.

Le prince de Galles. — Parfaitement.

Gambetta. — Je disais donc : Quand les comités de direction seront formés au chef-lieu, il sera facile de connaître l'esprit politique de chaque comité, et de savoir ceux qui représentent l'esprit de la majorité du département. Le mandat impératif écarté par la loi, n'engage pas le député. Donc, les candidats officiels pourront ne le paraître pas ; car si l'opinion est radi- cale, ils se feront radicaux, intransigeants, anarchistes même ; ils sauront se faire à toutes les nuances ; et sur- tout, de celle des comités qui paraîtront être l'esprit du département. Les électeurs alors bêleront leur veto, at le tour sera joué.

Altesse, le scrutin de liste est comme un pptit plé- biscite, qui donne carte blanche à l'élu ; lequel, secrè- tement attaché au gouvernement, formera une majo- rité homogène et un pouvoir fort.

Le prince de Galles. — Vous me donnez là une leçon de fine politique. Si, devenu roi d'Angleterre, le malheur voulait que le suffrage universel changeât l'axe de notre politique et de nos intérêts, je ne sau- rais mieux faire que de vous imiter, afin de le disci- pliner et de le contenir.

Gambetta. — L'économie politique est contradic- toire ; mais les principes qu'on prétend nous donner

[English translation]