Système des contradictions économiques/Tome II/159

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Système des contradictions économiques/Tome II/159/158 Système des contradictions économiques/Tome II/159/160

[original French]

CHAPITRE XI

HUITIEME EPOQUE. — LA PROPRIÉTÉ

1. — La propriété est inexplicable hors de la série économique. — De l'organisation du sens commun, ou problème de la certitude.

Le problème de la propriété est après celui de la destinée humaine le plus grand que puisse se proposer la raison, le dernier qu'elle parviendra à résoudre. En effet, le problème théologique, l'énigme de la religion, est expliqué; le problème philosophique, qui a pour objet la valeur et la légitimité de la connaissance, est résolu: reste le problème social, qui ne fait qu'un avec ces deux-là, et dont la sotution, de l'aveu de tout le monde, tient essentiellement à la propriété.

J'exposerai dans ce chapitre la théorie de la propriété en soi, c'est-à-dire dans son origine, son esprit, sa tendance, ses rapports avec les autres catégories économiques. Quant à déterminer la propriété pour soi, c'est-à-dire dans ce qu'elle doit être après la solution intégrale des contradictions, et qu'elle devient tons les jours, c'est, comme j'ai dit, la dernière phase de la constitution sociale, l'objet d'un travail nouveau, dont celui-ci a pour but de faire entrevoir le dessin et de poser les bases.

Pour bien entendre la théorie de la propriété en soi, il est nécessaire de prendre les choses de plus haut, et de présenter sous un nouvel aspect l'identité essentielle de la philosophie et de l'économie politique.

De même que la civilisation, au point de vue de l'industrie, a pour but de constituer la valeur des produits et d'organiser le tra

[English translation]

CHAPTER XI

EIGHT EPOCH. — PROPERTY

1. — Property is inexplicable apart from the economic series. — Of the organization of common sense, or problem of certitude.

The problem of property is, after than of human destiny, the greatest that reason can propose, and the last that it will be able to resolve. Indeed, the theological problem, the enigma religion, is explicated; the philosophical problem, which has for object the value and legitimacy of knowledge, is resolved: there remains the social problem, qui ne fait qu'un avec ces deux-là, and of which the solution, de l'aveu de tout le monde, tient essentially to property.

I will expose in this chapter the theory of property in itself (en soi), that is, in its origin, its spirit, its tendency, and its relations with the other economy categories. As for determining property for itself, in that which it must be after the the integral solution of the contradictions, and what it becomes every day, is, as I have said, the last phase of the social constitution, the object of a new labor, of which this one aims to de faire entrevoir the design and to posit the bases.

In order to well understand the theory of property in itself, it is necessary to take the highest things, and to present in a new way the essential identity of philosophy and political economy.

Just as civilization, from the point of view of industry, aims to constitute the value of products and organize labor,