Théorie de l'impôt/293

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de l'impôt/293/292 Théorie de l'impôt/293/294

[original French]

est ici question et auquel nous 'devrons revenir plus d'une fois, savoir, que tout producteur rejetant, autant qu'il est en lui, dans le prix de son service ou produit, le montant de ses contributions, l'impôt tend à se confondre avec le prix des choses, et par conséquent à se répartir sur la masse. Les uns, tels que M. Thiers, prétendent que la répercussion ou diffusion, qu'ils comparent poétiquement à la diffusion de la lumière, est indétinie; les autres, qu'elle s'étend seulement dans une certaine mesure et n'appartient qu'à certaines natures d'impôt. Quoi qu'il en soit, toujours est-il certain que cette diffusion, qu'on pourrait regarder comme une sorle de péréquation de l'impôt, s'opérant toute seule par la solidarité et l'influence mutuelle des industries, si les conditions et les fortunes étaient égales, est au contraire la plus grande cause d'inégalité, dans l'état actuel de l'économie sociale. Suivre dans le dé- tail les phénomènes de cette diffusion est une étude qui peut avoir son utilité; mais ce serait étrangement se méprendre que d'y voir, avec certains économistes, une sorte de loi confirmative de l'assiette et de la répartition de l'impôt, telles que la tradition les a fixées. On est allé jusqu'à prétendre qu'en vertu de cette soi-disant loi de diffusion, ce sont les riches qui payent la plus grande partie de l'impôt, précisément parce qu'ils consomment davantage, et qu'en conséquence l'impôt de consommation ou impôt directes! de tous les impôts le plus favorable au peuple.

« En somme, dit M. Thiers, la valeur d'une chose étant le composé de tous les genres de travail qui ont concouru à la produire, le travail de la protection sociale représenté par l'impôt doit être l'un des éléments essentiels qui sont entrés dans ce composé; dès lors celui qui consomme le plus de toutes choses est celui qui paye la plus grande part des impôts, et par une loi des plus sages, des plus rassurantes de la Providence, de quelque façon que s'y prennent les gouvernements, le riche est, après tout,"le plus soumis à l'impôt. »

On ne s'attendait guère à voir la Providence en cette affaire. M. Thiers loue très-fort Napoléon Ier d'avoir rétabli l'impôt sur les boissons et l'impôt sur le sel. — « Certes, » dit l'historien du Consulat et de l'Empire, « Napoléon n'aimait guère la liberté, faute d'y croire, pour la France du moins. Mais il aimait le peuple, il tenait surtout à en être aimé. Il rétablit Donc l'impôt du sel à la suite de celui des boissons, et les finances se trouvèrent en équilibre. »

II est de ces choses qu'il faut lire de ses yeux et entendre de ses oreilles pour y croire. Tout le monde s'était imaginé, en vertu même de la loi de répercussion ou diffusion de l'impôt, que c'était sur les masses travailleuses, pauvres, consommant peu, que pesait l'impôt; que c'était parce qu'elles donnaient tout à l'impôt qu'il ne

[English translation]