Théorie de la propriété/127

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/127/126 Théorie de la propriété/127/128

[original French]

CHAPITRE VI

Théorie nouvelle: que les motifs, par suite la légitimité de la propriété, doivent être cherchés, non dans son principe ou son origiue, mais dans ses fins. Exposé de ces motifs.

La philosophie a en raison, depuis trois siècles, de bien des institutions et de bien des croyances: en sera-t-il de même de la propriété? Si mon opinion peut être ici de quelque poids, j'ose répondre qu'il n'en sera rien. La jurisprudence n'a pas saisi jusqu'à ce jour les causes ou les motifs de la propriété, parce que la propriété, telle qu'elle vient de se révéler à nous dans son principe et dans son histoire, est un fait de la spontanéité collective dont rien ne pouvait à priori déceler l'esprit et la raison; parce que, d'un autre côté, elle est encore en voie de formation, et qu'à son égard l'expérience est incomplète; parce que, jusqu'à ces dernières années, le doute philosophique ne l'avait frappée que timidement, et qu'il fallait, au préalable, en détruire la religion; parce qu'en ce moment elle nous apparaît plutôt comme une force révolutionnaire que comme une inspiration de la conscience universelle, et que si elle a renversé bien des

[English translation]

CHAPTER VI

New theory: that the motives, and thus the legitimacy of property, must be sought, not in its principle or origin, but in its aims. Presentation of these motives.

Philosophy a en raison, for three centuries, many institutions and many beliefs: will it be the same for property? If my opinion be be here of any weight, I dare to respond that it will not. Jurisprudence has not grasped thus far the causes or the reasons for property, because property, as it has come to reveal itself to us in its principle and in its history, is a fact of collective spontaneity of which nothing would have been able a priori to detect the spirit and the reason; because, on the other hand, it is still in the process of formation, and in this regard experience is incomplete; because, until the last few years, philosophical doubt has struck it only timidly, and because it is necessary, beforehand, en détruire la religion; because in this moment it appears to us rather as a revolutionary force than as an inspiration of universal conscience, and that if it has reversed many