Théorie de la propriété/130

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/130/129 Théorie de la propriété/130/131

[original French]

gions transcetidantales. Ceci est affaire de pure logique, et puisque la Raison collective, notre souveraine à tous, ne s'est point effarouchée de l'absolutisme propriétaire, pourquoi la vôtre s'en scandaliserait-elle plus? Auriez-vous honte, par hasard, de votre propre moi? Certains esprits, par excès de puritanisme, ou plutôt par faiblesse de compréhension, ont posé l'individualisme comme l'antithèse de la pensée révolutionnaire : c'était tout bonnement chasser de la république le citoyen et l'homme. Soyons moins timides. La nature a fait l'homme personnel, ce qui veut dire insoumis ; la société à son tour, sans doute afin de ne pas demeurer en reste, a institué la propriété ; pour achever la triade, puisque, selon Pierre Leroux, toute vérité se manifeste en trois termes, l'homme, sujet rebelle et égoïste, s'est voué à toutes les fantaisies de son libre arbitre. C'est avec ces trois grands ennemis, la Révolte, l'Ëgoïsme et le Bon plaisir que nous avons à vivre; c'est sur leurs épaules, comme sur le dos de trois cariatides, que nous allons élever le temple de la Justice.

Tous les abus dont la propriété peut se rendre coupable, et ils sont aussi nombreux que profonds, peuvent se ramener à trois catégories, selon le point de vue d'où l'on considère la propriété: abus politiques, abus économiques, abus moraux. Nous allons examiner l'une après l'autre ces différentes catégories d'abus, et, concluant à mesure, nous en déduirons les fins de la propriété, en autres termes sa fonction et sa destinée sociale.

[English translation]

transcendental regions. This is an affair of pure logic, and since the Collective Reason, our sovereign à tous, is not at all frightened of proprietary absolutism, why should it scandalize you any more? Should we be ashamed, perhaps, of ourselves? Certain minds, from an excess of puritanism, or perhaps a feebleness of comprehension, have posed individualism as the antithesis of revolutionary thought: it was simply to drive the citizen and man from the republic. Let us be less timid. Nature has made man individual, which means rebellious; society in its turn, doubtless in order not to remain at rest, has instituted property; in order to achieve the triad, since, according to Pierre Leroux, every truth is manifested in three terms, man, rebellious and egoistic subject, has dedicated himself to all the fantasies of his free will. It is with these three great enemies, Revolt, Egoism and Bon plaisir that we have to live; it is on their shoulders, as on the back of three caryatids, that we will raise the temple of Justice.

All the abuses of which property can make itself guilty, and they are as numerous as profound, can be reduced to three categories, according to the point of view from which one considers property: political abuses, economic abuses, moral abuses. We will examine one after another these different categories of abuse, and, concluding à mesure, we will deduce the aims of property, in other words its function and social destiny.