Théorie de la propriété/143

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/143/142 Théorie de la propriété/143/144

[original French]

Telle est, depuis 89, la constitution de la propriété. Il est aisé de voir qu'autant l'alleu est supérieur au fief, autant il eût été impossible à priori de le découvrir: c'est une de ces choses qui dépassent la raison philosophique, et que le génie de l'Humanité peut seul produire.

Qui ne voit, en effet, que la constitution féodale est venue d'un respect du Droit parfaitement raisonné, d'une idée de justice qui se refusait à cet absolutisme propriétaire, le jugeant irrationnel, usurpatoire, immoral, plein de menaces et d'égoïsme, injurieux à Dieu et aux hommes? C'est le respect calculé du Droit qui a créé cette propriété enchaînée, incessible, indivisible, dépendante, gage de subordination, de hiérarchie, comme de protection et de surveillance. Et il s'est trouvé, à l'expérience, que la tyrannie était justement là où l'on avait cru trouver le droit; l'anarchie, où s'étajt manifestée la hiérarchie; la servitude et la misère, où l'on s'était flatté de créer la protection et la charité.

Il est permis de croire qu'au temps de la république romaine et de la toute-puissance du patriciat, la définition de la propriété était simplement unilatérale: Dominium est jus utendi et abutendi; et que seulement plus tard, sous les empereurs, les légistes ajoutèrent la restriction: quatenùs juris ratio patitur. Mais le mal était fait; les empereurs n'y purent rien. La propriété romaine demeura indomptée; et ce fut en haine de cet absolutisme propriétaire, sans contre-poids, en haine de la tyrannie sénatoriale et des

[English translation]

Such is, since 89, the constitution of property. It is easy to see that as much as alleu is superier fief, so much it would be impossible a priori to discover it: it is one of the things which surpasses philosophical reason, and that the genius of Humanity alone can produce.

Who does not see, indeed that the feudal constitution has come from a perfectly reasoned respect of Right, from an idea of justice which refused itself to that proprietary absolutism, judging it irrational, usurping, immoral, full of menaces and egoism, injurious to God and men? It is the calculated respect of Right that has created that enchained, incessible, indivisible, dépendante propriété, gage de subordination, de hiérarchie, comme de protection et de surveillance. And it was found, by experience, that tyranny was there precisely where one had believed to find right; anarchy, where hierarchy manifested itself; servitude and misery, where one had flattered oneself to create protection and charity.

It is permitted to believe that in the times of the Roman republic and of the omnipotence of the patriciat, the definition of property was simply unilateral: Dominium est jus utendi et abutendi; and that only later, under the emperors, the légistes would add the restriction: quatenùs juris ratio patitur. But the evil was done; les empereurs n'y purent rien. Roman property demeura indomptée; et ce fut en haine de cet absolutisme propriétaire, sans contre-poids, en haine de la tyrannie sénatoriale et des