Théorie de la propriété/152

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/152/151 Théorie de la propriété/152/153

[original French]

surtout en vue de la famille, il était naturel que la loi romaine entourât la vente d'un surcroît de précautions, et distinguât, plus que n'a fait le Code français, l'obligation de la propriété; mais la tradition romaine n'est pas la nôtre : la propriété française est une antithèse à la possession féodale, et, jusqu'à certain point, à l'ancien domaine quiritaire lui-même; l'industrie, en développant une nouvelle espèce de propriété, a donné plus d'étendue encore au concept. Il est donc naturel, il est logique que le Code, traitant des obligations, en ait étendu les règles à la propriété comme à tout le reste. La propriété est une foHction; les engagements que prend le citoyen à son égard sont de même nature et doivent avoir le même effet que ceux qu'il prend à l'égard de son travail, de ses ouvriers, de ses commanditaires, de sa clientèle, etc.

Mais, où se manifeste avec le plus d'énergie l'action de la propriété, c'est dans le système électoral. Non- seulement l'État a perdu son droit de confiscation à l'égard du propriétaire; il a dû se soumettre à demander à ce propriétaire le renouvellement périodique de sa propre investiture : c'est ce qui a lieu par les élections au Parlement. A ce propos, on s'est évertué contre le principe qui faisait de la propriété le signe de la capacité politique ; on a déclamé contre un régime qui excluait des élections des hommes tels que Rousseau, Lamennais, Déranger, et admettait des Prudhomme, des Jourdain, des Dandin et des Gérante de toute sorte. La Révolution de février a remplacé par le suffrage universel le privilége cen

[English translation]

especially in view of the family, it was natural that the roman law surrounded the sale with a surcroit of precautions, and distinguished, more than the French Code, the obligation of property; but the roman tradition is not ours: french property is an antithesis of feudal possession, et, up to a certain point, to the ancient quiritaire domain itself; industry, by developing a new species of property, has given still more extent to the concept. Thus it is natural, it is logical that the Code, treating obligations, has extended the rules to property as to all the rest. Property is a function; the promises that it gives the citizen in its regard are of the same nature and must have the same effect as those that gives a regard de its labor, its workers, its commanditaires, its customers, etc.

But where the action of property manifests itself with the most energy is in the electoral system. Not only has the State lost its right of confiscation with regard to to the proprietor; it has to submit to ask of that proprietor the periodic renewal of his own investiture: it is that which has taken place by the elections to Parliament. In that regard, one struggled against the principle that made of property the sign of political capital; one has declame against a regime which excluded from the elections men such as Rousseau, Lammenais and Beranger, and allowed the Proudhommes, Jourdains, Dandins and Geronts of every sort. The Revolution of February has replaced with universal suffrage the privilege