Théorie de la propriété/16

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/16/15 Théorie de la propriété/16/17

[original French]

mot sur l'institution, je crois utile de résumer ici mes études antérieures.

2. — Résumé de mes travaux antérieurs sur la propriété.

En 1840, lorsque j'ai publié mon premier Mémoire sur la propriété, j'ai eu soin de la distinguer de la possession ou simple droit d'user. Quand le droit d'abuser n'existe pas, quand la société ne le reconnaît pas aux personnes, il n'y a pas, disais-je, de droit de propriété; il y a simplement droit de possession. Ce que je disais dans mon premier mémoire, je le dis encore aujourd'hui: le propriétaire d'une chose, — terre, maison, instrument de travail, matière première ou produit, peu importe, — peut être une personne ou un groupe, un père de famille ou une nation : dans un cas comme dans l'autre, il n'est vraiment propriétaire qu'à une condition: c'est d'avoir sur la chose une souveraineté absolue; c'est d'en être exclusivement le maître, dominus; c'est que cette chose soit son domaine, dominium.

Or, en 1840, j'ai nié carrément le droit de propriété. Tous ceux qui ont lu mon premier mémoire savent que je le niais pour le groupe comme pour l'individu, pour la nation comme pour le citoyen: ce qui excluait de ma part toute affirmation communiste ou gouvernementaliste. — J'ai nié le droit de propriété, c'est- à-dire le droit d'abuser sur toutes choses, même sur celles que nous appelons nos facultés. L'homme n'a pas plus le droit d'abuser de ses facultés que la société d'a-

[English translation]

word on the institution, I believe it useful to summarize here my previous studies.

2. — Summary of my previous work on property.

In 1840, when I had published my first Memoir on Property, I had taken care to distinguish it from possession or the simple right of use. When the right of abuse does not exist, when society does not recognize it for anyone, there is not, I said, a right of property; there is simply a right of possession. What I said in my first memoir, I still say today: the proprietor of a thing, — land, house, instrument of labor, raw material or product, it matters little, — perhaps a person or a group, the head of a family or a nation: in one case as in the others, he is truly a proprietor only on one condition: it is to have an absolute sovereignty over the thing; it is to be its exclusive master, dominus; it is that the thing be his domain, dominium.

Now, in 1840, I frankly denied the right of property. All those who have read my first memoir know that I denied it to the group as well as to the individual, to the nation as to the citizen: this excluded on my part every communist or governmentalist affirmation. — I have denied the right of property, that is the right of abuse, over all things, even those that we call our faculties. Man has no more right to abuse his faculties than society has to