Théorie de la propriété/160

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/160/159 Théorie de la propriété/160/161

[original French]

sance nous servira ensuite à en maîtriser les excès.

Un des attributs de la propriété est de pouvoir être divisée, morcelée, la division poussée aussi loin qu'il plaira au propriétaire. Il le fallait pour la Mobilisation du sol: là est en effet le grand avantage de l'alleu sur le fief. Avec la tenure féodale ou l'ancienne possession germanique et slave, encore en vigueur en Russie, la société marche tout d'une pièce, comme une armée rangée en bataille. C'est en vain que les individus ont été déclarés libres, et l'État subordonné à l'assemblée du peuple; la liberté d'action du citoyen, cette faculté d'initiative, que nous avons signalée comme le caractère des États constitutionnels, reste impuissante; l'immobilisme du sol, ou, pour mieux dire, l'incommu- tabilitédes possessions ramène toujours l'immobilisme social, et par suite l'autocratie dans le gouvernement. Il faut que la propriété circule elle-même, avec l'homme, comme une marchandise, comme une monnaie. Sans cela, le citoyen est comme l'homme de Pascal que l'univers écrase, qui le sait, qui le sent, mais qui ne peut l'empêcher, parce que l'univers ne l'entend pas, et que la loi qui préside aux mouvements du ciel est sourde à ses prières. Mais changez cette loi, faites que cet univers matériel se meuve à la volonté de l'imperceptible créature qui n'est pour lui qu'une monade pensante, aussitôt tout va changer: ce n'est plus l'homme qui sera broyé entre les mondes; ce sont les mondes qui vont tourbillonner à son commandement, comme des balles de moelle de sureau. Voilà justement ce qui arrive par la mobilisation du

[English translation]

will serve us to master its excesses.

One of the attributes of property is the power to be divided, parceled out, the division the division pushed as far as the proprietor pleases. It is necessary for the mobilization of the soil: there indeed is the great advantage of alleu over fief. With feudal tenure or the ancient Germanic or Slavic possession, still in use in Russia, society advances all of a piece, like an army ranged in battle. It is in vain that individuals have been declared free, and the State subordinated to the assembly of the people; the freedom of action of the citizen, that faculty of initiative, that we have indicated as the character of constitutional States, remains powerless; the immobilisme of the soil, or, to put it better, the incommutabilité of the possessions always returns to social stasis, and consequently autocracy in government. Property must circulate itself, with man, like a merchandise, like a currency. Without that, the citizen is like Pascal's man that the universe crushes, who knows it, who senses it, but who cannot prevent it, because the universe does not hear him, and because the law that presides over the movements of the heavens is deaf to his prayers. But change that law, make is to that universe moves at the will of the imperceptible creature who is for it only a thinking monad, and straightaway all will change: it is no longer the man who will be ground between the worlds; it is the worlds which will whirl at his command, comme des balles de moelle de sureau. That is exactly what occurs by the mobilization of the