Théorie de la propriété/161

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/161/160 Théorie de la propriété/161/162

[original French]

sol, opérée par la vertu magique de ce seul mot, la propriété. C'est ainsi que notre espèce s'est élevée du régime inférieur de l'association patriarcale et de l'indivision terrienne à la haute civilisation de la propriété, civilisation à laquelle nul ne peut avoir été initié, et vouloir après rebrousser chemin. Qu'on se figure ce qui arriverait si tout à coup, la propriété abolie, la terre partagée à nouveau, défense était faite à tous possesseurs fonciers de vendre, échanger, aliéner leur lot; si, dis-je, le sol était de nouveau, et pour tout de bon, immobilisé! N'est-il pas vrai que lepos- sessionné, bien que travaillant pour lui seul et ne payant plus de rente, se croirait rattaché comme autrefois à la glèbe?... Je laisse au lecteur à approfondir ce que je ne fais ici que lui indiquer.

Un autre attribut, autre abus de la propriété, est dans la faculté reconnue au propriétaire de disposer de la manière la plus absolue. Passe pour les produits du travail et du génie; passe pour ce qu'il est permis d'appeler les créations propres de l'homme ; mais pour la terre, rien, ce semble, n'est plus contraire à toutes les habitudes légales et contractuelles. Le souverain qui fait une concession de mine, par exemple, le propriétaire qui afferme son fonds ou qui le lègue en viager, ne manquent jamais l'un et l'autre d'imposer certaines conditions au concessionné, au fermier, au donataire. Il devra conserver la chose, exploiter en bon père de famille, etc. Ici la seule condition imposée est celle de l'abbaye de Thélème, de faire à sa volonté.

[English translation]

soil, accomplished by the magic power of that single word, property. It is thus that our species has elevated itself from the inferior regime of patriarchal association and undivided land to the high civilization of property, a civilization to which no one can have been initiated, and wish to turn back. Qu'on se figure ce qui arriverait si tout à coup, la propriété abolie, la terre partagée à nouveau, défense était faite à tous possesseurs fonciers de vendre, échanger, aliéner leur lot; si, dis-je, le sol était de nouveau, et pour tout de bon, immobilisé! N'est-il pas vrai que le possessionné, bien que travaillant pour lui seul et ne payant plus de rente, se croirait rattaché comme autrefois à la glèbe?... I leave it to the reader to explore more deeply that which I can only indicate here.

Another attribute, another abuse of property, is in the faculty recognized in the proprietor to dispose in the most absolute manner. Passe pour les produits du travail et du génie; passe pour ce qu'il est permis d'appeler les créations propres de l'homme; but for the land, nothing, it seems, is more contrary to all legal and contractual habits. The sovereign who makes a mining concession, for example, the proprietor who afferme son fonds ou qui le lègue en viager, ne manquent jamais l'un et l'autre to impose certain conditions on the concessionné, the tenant farmer, the donee. Il devra conserver la chose, exploiter en bon père de famille, etc. Here the sole condition imposed is that of the Abbey of Thélème, to do as one wills.