Théorie de la propriété/220

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/220/219 Théorie de la propriété/220/221

[original French]

CHAPITRE IX

Résumé de ce livre.

Les développements que j'ai donnés à ma théorie de la propriété peuvent se résumer en quelques pages.

Une première chose à observer, c'est que, sous le nom générique de propriété, les apologistes de l'institution ont confondu, soit ignorance, soit artifice de discussion, toutes les façons de posséder: régime communier, emphytéose, usufruit, système féodal et allo- dial; ils ont raisonné du fonds comme des fruits, des choses fongibles comme de l'immeuble. Nous avons fait justice de cette confusion.

La possession indivisible, incessible, inaliénable, appartient au souverain, prince, gouvernement, collectivité, dont le tenancier est plus ou moins dépendant, feudataire ou vassal. Les Germains, avant l'invasion, les barbares au moyen âge, n'ont connu qu'elle; c'est le principe de toute la race slave, appliqué en ce moment par l'empereur Alexandre à soixante

[English translation]

Chapter IX

Summary

The developments that I have given to my theory of property can be summed up in a few pages.

A first thing to observe is that, under the generic name of property, the apologists for that institution have confused, either through ignorance or through artifice, all manners of possession: communal system, emphyteusis, usufruct, feudal and allodial systems; they have reasoned about capital as if it was income, of fungible property as if it was immovable property. We have done justice to that confusion.

Possession, indivisible, untransferable, inalienable, pertains to the sovereign, prince, government, or collectivity, of which the tenant is more or less the dependent, feudataire or vassal. The Germans, before the invasion, the barbarians of the Middle Ages, knew only it; it is the principle of all the Slavic race, applied at this moment by the Emperor Alexander to sixty