Théorie de la propriété/229

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/229/228 Théorie de la propriété/229/230

[original French]

currence, de monopole, d'impôt, de balance du commerce, de services publics; créons un plan de société uniforme, et tout sera simplifié, résolu. Ils raisonnent comme le médecin qui dirait: Avec ses éléments si divers, os, muscles, tendons, nerfs, viscères, sang artériel et veineux, suc gastrique, pancréatique, chyle, humeurs lacrymales,synoviales, gaz, liquides et solides, le corps est ingouvernable.Réduisons-le à une matière unique, solide, résistante, les os par exemple; l'hygiène et la thérapeutique deviendront jeu d'enfants. — D'accord, seulement la société, pas plus que le corps humain, ne peut s'ossifier. Notre système social est compliqué, beaucoup plus qu'on ne l'avait cru. Si toutes les données nous en sont acquises aujourd'hui, elles ont besoin d'être coordonnées, synthétisées d'après leurs lois propres. Là se découvre une pensée, une vie intime collective qui évolue en dehors des lois de la géométrie et de la mécanique ; qu'il répugne d'assimiler au mouvement rapide, uniforme, infaillible d'une cristallisation; dont la logique ordinaire, syllogistique, fataliste, unitaire, est incapable de rendre compte, mais qui s'explique merveilleusement à l'aide d'une philosophie plus large, admettant dans un système la pluralité des principes, la lutte des éléments, l'opposition des contraires et la synthèse de tous les indéfinissables et absolus.

Or, comme nous savons qu'il y a des degrés dans l'intelligence aussi bien que dans la force; des degrés dans la mémoire, la réflexion, l'idéalisation, la faculté d'invention; des degrés dans l'amour et dans la pensée;

[English translation]

competition, monopoly, tax, balance of trade, public services; let us create a uniform plan of society, and all will be simplified and resolved. They reason like the doctor who said: With its diverse elements,--bone, muscles, tendons, nerves, viscera, arterial and venous blood, gastic and pancreatic fluids, chyle, lachrymal and synovial humors, gas, liquids and solids,--the body is ungovernable. Let us reduce it to a single, solid, resilient matter, bone for example; hygiene and therapy will become child's play.--So be it, only society cannot ossify any more than the human body. Our social system is complicated, much more than one would have thought. If, today, we have acquired all the data, it needs to be coordinated, synthesized according to its own laws. There, a thought exposes itself, an intimate collective life that develops apart from the laws of geometry and mechanics; that is reluctant to assimilate to the rapid, uniform, infallible movement of a crystallization; of which the ordinary, syllogistic, fatalist, unitary logic is incapable of taking account, but which is explained marvelously with the aid of a larger philosophy, admitting in a system the plurality of principles, the struggle of elements, the opposition of contraries and the synthesis of all the indefinables and absolutes.

Now, as we know that there are degrees in intelligence as well as in force; degrees in memory, reflection, idealization, the faculty of invention; degrees in love and in thought;