Théorie de la propriété/238

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/238/237 Théorie de la propriété/238/239

[original French]

ciale journalière, évaluée en labour, sarclage, moisson, soit de deux décamètres carrés, et que la moyenne de temps nécessaire pour s'en acquitter soit de sept heures : tel travailleur aura fini en six heures, tel autre en huit seulement; le plus grand nombre en emploiera sept; mais pourvu que chacun fournisse la quantité demandée, quel que soit le temps qu'il y emploie, il a droit à l'égalité de salaire. Le travailleur capable de fournir sa tâehe en six heures aura-t-il le droit, sous prétexte de sa force et de son activité plus grande, d'usurper la tâche du travailleur le moins habile et de lui ravir ainsi le travail et le pain? Qui oserait le soutenir ?... Si le fort vient au secours du faible, sa bienfaisance mérite louange et amour; mais son aide doit être librement acceptée, non imposée par force et mise à prix. » (Qu'est-ce que la Propriété? 1er mémoire).

Sous le régime communautaire et gouvernementa- liste, il faut de la police et de l'autorité pour garantir le faible des envahissements du fort ; malheureusement la police et l'autorité, depuis qu'elles existent, n'ont jamais fonctionné qu'au profit du fort, dont elles ont grandi les moyens d'usurpation. La propriété, absolue, incoercible, se protége d'elle-même. C'est l'arme défensive du citoyen, son bouclier; le travail est son épée.

Voilà pourquoi elle convient à tous: au papille comme à l'adulte majeur, au nègre comme au blanc, au retardataire comme au précoce, à l'ignorant comme au savant, à l'artisan comme au fonctionnaire, à l'ou

[English translation]

this daily social task consists in the ploughing, hoeing, or reaping of two square decameters, and that the average time required to accomplish it is seven hours: one laborer will finish it in six hours, another will require eight; the majority, however, will work seven. But provided each one furnishes the quantity of labor demanded of him, whatever be the time he employs, they are entitled to equal wages. Shall the laborer who is capable of finishing his task in six hours have the right, on the ground of superior strength and activity, to usurp the task of the less skilful laborer, and thus rob him of his labor and bread? Who dares maintain such a proposition? . . . If the strong come to the aid of the weak, their kindness deserves praise and love; but their aid must be accepted as a free gift, — not imposed by force, nor offered at a price."<ref>Tucker translation.</ref>

Under the communist or governmentalist regime, it is necessary for the police and authority to guarantee the weak against the strong; sadly, the police and authority, as long as they have existed, have only ever functioned for the profit of the strong, for whom they have magnified the means of usurpation. Property—absolute, uncontrollable—protects itself. It is the defensive weapon of the citizen, his shield; labor is his sword.

Here is why it is suitable for all: the young ward as much as the mature adult, the black as the white, the straggler as the precocious, the ignorant as the learned, the artisan as the functionary,