Théorie de la propriété/240

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/240/239 Théorie de la propriété/240/241

[original French]

6. Organisation fédérale.

7. Organisation communale et provinciale.

L'Etat se compose : 1° de la fédération des propriétaires, groupés par districts, départements et provinces; 2° des associations industrielles, petites républiques ouvrières; 3° des services publics (à prix de revient); 4° des artisans et marchands libres. Normalement, le nombre des industrieux, artisans, marchands, est déterminé par celui des propriétaires fonciers. Tout pays doit vivre de sa propre production ; par conséquent la production industrielle doit être égale à l'excédant de subsistances non consommé par les propriétaires.

11 y a des exceptions à cette règle : en Angleterre, par exemple, la production industrielle dépasse cetle proportion, grâce au commerce extérieur. C'est une anomalie temporaire ; à moins que certaines races ne soient vouées à une éternelle subalternisation. Ailleurs il existe des productions exceptionnelles partout demandées : celles dela pêche, par exemple, celles d'une exploitation minière. Mais, calculée sur le globe entier, la proportion est telle que je le dis : la quotité des subsistances est le régul&t^v; par conséquent, l'agriculture est l'industrie primordiale et prépondérante.

En constituant la propriété foncière, le législateur a voulu une chose : c'est que la terre ne fût pas aux mains de l'État, communisme et gouveruementnlisme dangereux, mais sous la main de tous. La tendance est, en conséquence, on ne cesse de nous le dire, à

[English translation]

The State is composed: 1) of the federation of proprietors, grouped by districts, departments, and provinces; 2) of the industrial associations, small worker republics; 3) of public services (at cost-price); 4) of artisans and free merchants. Normally, the number of industrialists, artisans, and merchants is determined by those of the proprietors of land. Every country must live by its own production; as a consequence, industrial production must be equal to the excess of subsistences not consumed by the proprietors.

There are exceptions to that rule: in England, for example, industrial production exceeded that proportion, thanks to foreign exchange. It is a temporary anomaly; unless certain races should be doomed to an eternal subalternization. Moreover, there exist exceptional products in demand everywhere: those from fishing, for example, and those from mineral exploitation. But, measured over the entire globe, the proportion is as I say: the quota lot of subsistences is the regulator; consequently, agriculture is the essential and predominant industry.

In constituting property in land, the legislator wanted one thing: that the earth would not be in the hands of the State, dangerous communism or governmentalism, but in the hands of all. The tendency is, as a consequence, we are constantly told,