Théorie de la propriété/244

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/244/243 Théorie de la propriété/244/245

[original French]

que les droits du tiers qui a bâti ou planté seront consacrés et reconnus ; parce que la propriété du sol n'emportera plus nécessairement celle du dessus et du dessous ; parce que le locateur, en cas de faillite, viendra avec les autres créanciers au partage de l'actif, sans privilége ; parce qu'entre détenteurs légitimes il y aura égalité , non hiérarchie ; parce qu'au lieu de ne voir dans la propriété que la jouissance et la rente, le détenteur y trouvera le gage de son indépendance et de sa dignité ; parce qu'au lieu de n'être qu'un personnage vulgaire et ridicule, M. Pmdhomrae ou M. Jourdain, le propriétaire, sera un citoyen digne, conscient de son devoir comme de son droit, la sentinelle avancée de la liberté contre le despotisme et l'usurpation ? La propriété, transformée, humanisée, purifiée du droit d'aubaine, ne sera plus sans doute l'antique domaine quiritaire ; mais elle ne sera pas davantage la possession octroyée, précaire, provisoire, grevée de redevance, tributaire et subordonnée.

J'ai développé les considérations qui rendent la propriété intelligible, rationnelle, légitime, hors desquelles elle demeure usurpatoire et odieuse.

Et même dans ces conditions, elle conserve quelque chose d'égoïste qui m'est toujours antipathique. Ma raison égalitaire, anti-gouvernementale, ennemie de l'acharnement et des abus de la force, peut admettre, appuyer la propriété comme un bouclier, une place de sûreté pour le faible: mon cœur ne sera jamais à elle. Je n'ai pas besoin, quant à moi, ni pour gagner

[English translation]

the rights of the third who have built or planted will be established and recognized; because property in the soil will no longer necessarily mean property in that which is above or beneath it; because the lessor, in case of bankruptcy, will come with the other creditors to a division of the assets, without privilege; because between legitimate holders there will be equality, not hierarchy; because instead of seeing in property only enjoyment and rent, the holder will find in it the guarantee of his independence and dignity; because instead of being a ridiculous character, Mr. Prudhomme or Mr. Jourdain, the proprietor will be a dignified citizen, conscious of his duties as well as his rights, the sentry of liberty against despotism and usurpation?


I have developed the considerations which make property intelligible, rational, legitimate, and without which it remains usurping and odious.

And yet, even in these conditions, it presents something egoist which is always unpleasant to me. My reason being egalitarian, anti-governmental, and the enemy of ferocity and the abuse of force, can accept, the dependence on property as a shield, a place of safety for the weak: my heart will never be in it. For myself, I do not need that concession, either to earn