Théorie de la propriété/ii

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Théorie de la propriété/ii/i Théorie de la propriété/ii/iii

[original French]

« Création de l'ordre (1843);

« Contradictions économiques (1846);

« Le Peuple, etc. (1848-1852);

« De la Justice (1858);

« De l'Impôt (1860);

« De la Propriété littéraire (1862). »

Proudhon ne voulait pas faire paraître sa Théorie de la Propriété', bien qu'elle fût prête dès 1862, ainsi qu'il l'annonçait dans ses Majorats littéraires, avant que le programme tracé dans les deux notes précédentes, et surtout dans la seconde, fût rempli. L'auteur n'ayant pas eu le temps de faire lui-même ce travail, nous avons ciu, dans l'intérêt de sa mémoire, qu'il nous incombait de le suppléer. Il s'agissait principalement pour lui de montrer que ses idées sur la propriété s'étaient "développées suivant une série rationnelle dont le dernier terme avait toujours son point de départ dans le terme précédent, et que sa conclusion actuelle n'a rien de contradictoire avec ses prémisses.

Ce résumé forme les soixante-deux premières pages de l'Introduction. Nous y avons pris la forme Je, comme si Proudhon parlait lui-même: 1° parce que l'idée de cette analyse lui appartient; 2° parce que ce travail tracé d'avance ne constitue pas de notre part une production personnelle, originale; 3° parce qu'il se compose en grande partie de citations textuelles de l'auteur; 4° parce que nous y avons intercalé quelquesunes de ses notes inédites; 5° enfin parce que, dans les

[English translation]

"Creation of Order (1843);

"Economic Contradictions (1846);

"The People, etc. (1848-1852);

"Of Justice (1858);

"Of Taxation (1860);

"Of Intellectual Property (1862)."

Proudhon did not want to publish his Theory of Property, although it was ready in 1862, as he announced in his Majorats Littéraires, before the program sketched in the two preceding notes, and especially in the second, was fulfilled. The author having not had time to do this work himself, we have thought, in the interest of his memory, that it fell to us to supply it. It was for him principally a question of showing that his ideas on property developed according to a rational series in which the last term always had its point of departure in the preceding term, and that his present conclusion is not at all contradictory with his premises.

This summary forms the first sixty-two pages of the Introduction. We have used the form I, as if Proudhon himself had written: 1) because the idea of that analysis belongs to him; 2) because the work sketched in advance does not constitute on our part an individual, original production; 3) because it is composed in large part of textual citations from the author; 4° because we have inserted some of his unpublished notes; 5) finally, because, in the