Transformation du gouvernement républicain/03

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/03/02 Transformation du gouvernement républicain/03/04

[original French]

TRANSFORMATION

DU

GOUVERNEMENT RÉPUBLICAIN

ET DU

POUVOIR PARLEMENTAIRE

PAR LE

PRINCIPE FÉDÉRATIF

I

Ce petit opuscule est comme le prologue ou l'épilogue de notre brochure intitulée SOLUTION DU PROBLÈME SOCIAL. En niant clans cette brochure le pouvoir gouvernemental, nous avons eu soin de le réserver à la législation seule, faisant ainsi du gouvernement une agence; pensant que l'intervention d'un pouvoir quelconque dans la discussion des lois, et surtout sa puissance pondérative, étaient une entrave à la marche des affaires et à la réalisation du progrès.

Ce que nous n'avons pas dit, c'est que dans un grand état comme la France, par la concentration du pouvoir, le suffrage universel est plutôt un acte spontané, ou l'expression variable d'un sentiment politique quelconque, qu'une manifestation raisonnée des réformes à opérer. C'est cette idée qui nous a fait dire à la page 123 que « dans l'esprit de la Révolution, le pouvoir législatif, à l'imitation des anciens Etats généraux, doit être formé des diverses fractions du travail qui concourent à la production de la richesse »;

[English translation]

TRANSFORMATION

OF THE

REPUBLICAN GOVERNMENT

AND OF THE

PARLIAMENTARY POWER

BY THE

FEDERATIVE PRINCIPLE

I

This small work is like the prologue or epilogue of our work entitled solution of the social problem. In denying in that brochure the governmental power, we have taken care to reserve to it the power of legislation alone, thus making an agency of government; thinking that the intervention of any power in the discussion of the laws, and above all its ponderative power, was a hindrance to the advance of affairs/business and to the realization of progress.

What we have not said is that in a large state such as France, by the concentration of power, universal suffrage is rather a spontaneous act, or the variable expression of some political sentiment, than a reasoned manifestation of the reforms to be accomplished. It is that idea which led us to say on page 123 that "in the spirit of the Revolution, the legislative power, in imitation of the ancient estates general, must be formed of various fractions of the labor which contribute to the production of wealth;"