Transformation du gouvernement républicain/10

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/10/09 Transformation du gouvernement républicain/10/11

[original French]

constituer, non l'unité politique, mais l'unité nationale. Tel est le principe fédératif, 1 qui a pour consé- quence la décentralisation. Le progrès politique s'o- père donc fatalement par un mouvement d'agitations alternatives de liberté et d'autorité, c'est-à-dire de fé- dération et de concentration politique.

Inconvénients primitifs des fédérations. — Dans la Gaule, la fédération relie entre elles les différentes tribus. Mais comme dans l'Amphictyonie grecque, les rivalités des groupes rendent précaire le lien fédéral, et la centralisation romaine les incorpore à l'Empire. La centralisation ou l'unité politique a été nécessaire, il fallait à l'origine dompter les tribus indisciplinées; grouper les villes isolées et opposées d'intérêts; fon- der avec l'unité politique une force collective et un droit commun. Tel a été le résultat de la formation des grands empires, à qui nous devons les premières notions du droit et notre éducation civique.

La fédération ne pouvait de prime-abord remplir cette mission éducatrice « parce qu'elle est la liberté et l'autonomie ». Mais si cette liberté devait disparaî-

1 FÉDÉRATION. Union, alliance des divers groupes qui composent une nation, afin de garantir à chacun son droit et sa liberté d'ac- tion. Pacte fait entre les groupes pour constituer l'unité nationale, subordonnant l'intérêt de chacun à l'intérêt général, mais où les délibérations des représentants de chaque groupe ne peuvent avoir d'exécution que par la ratification du vote populaire.

FÉDÉRATION ÉCONOMIQUE. Traité, contrat, marché entre plusieurs producteurs-consommateurs se garantissant mutuellement, soit la vente ou l'achat de produits, la qualité et le juste prix, etc.

Ce qui fait la force et la prospérité des fédérations, c'est que l'au- torité et la liberté clairement définies y sont toujours en équilibre et donnent un ressort puissant d'action et d'initiative aux popula- tions.

UNITÉ POLITIQUE. Ici c'est juste le contraire qui a lieu : l'autorité absorbe constamment la liberté, ce qui crée l'esprit d'isolement et l'impuissance d'association. La nation, toujours mineure, ne se sert de la liberté qu'elle se donne que pour la détruire; elle est sur la pente du retour au gouvernement d'un seul, devient stationnaire et même rétrograde proportionnellement à la puissance souveraine.

[English translation]

to constitute, not political unity, but national unity. Such is the federative principle,<ref>FEDERATION. Union, alliance of the various groups which make up a nation, in order to guarantee to each its right and its liberty of action. Pact made between the groups in order to constitute national unity, subordinating the interest of each to the general interest, but where the deliberations of the representatives of each group can be carried out only by the ratification of the popular vote .

ECONOMIC FEDERATION. Treaty, contract, commerce between several producers-consumers mutually guaranteeing, either the sale or the purchase of products, the quality and fair price, etc.

What makes the strength and prosperity of federations, is that authority and liberty clearly defined are always in equilibrium there and give a powerful spring of action and initiative to the populations.

POLITICAL UNITY. Here it is just the opposite which takes place: authority constantly absorbs liberty, which creates the spirit of isolation and the powerlessness of association. The nation, always minor, makes use of the liberty that it is given only in order to destroy it; it is on the slope to a government of one alone, becomes stationary and even retreats in proportion to the sovereign power.</ref> which has decentralization for consequence. Thus political progress is accomplished inevitably by a movement of alternating agitations of liberty and authority, that is to say of federation and political concentration.

Primitive inconveniences of federations. — In Gaul, federation united the different tribes. But as in the Greek Amphictyonie, the rivalries of the groups rendered the federal link precarious, and Roman centralization incorporated them into the Empire. Centralization or political unity has been necessary, it was necessary at the origin to subdue the undisciplined tribes; to group towns isolated and opposed in interests; to found with political unity a collective force and a common right. Such has been the result of the formation of the great empires, to which we owe the first notions of right and our civic education.

Federation could not prima facie accomplish that educational mission "because it is liberty and autonomy." But if that liberty liberty devait disappear


<references/>