Transformation du gouvernement républicain/13

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/13/12 Transformation du gouvernement républicain/13/14

[original French]

» la collectivité du sol et du sous-sol à Monceau-les- » Mines. C'est là pourtant l'autonomie communale, où » l'on finira par ne plus savoir ce que parler veut » dire. » Jean MACÉ.

Voilà pourtant où en sont réduits les meilleurs es- prits de la démocratie, ceux qui parlent des choses sans les regarder, et croient, malgré l'expérience, que l'ordre politique ne se trouve que dans l'unité. Et par ce simplisme fait à l'image de leur moi, ne peu- vent reconnaître que cet ordre repose sur une dualité de principes ou de faits contraires, et ne se découvre seulement que par leurs rapports, et non par l'exclu- sion de l'un au profit de l'autre.

Pour l'homme de la centralisation, monarchiste ou républicain, le mot unité résume tout : la liberté n'est qu'un mot, son idéal est dans l'espoir d'un gouverne- ment fort. « Avec l'unité, dit P.-J. Proudhon, chose » physique, mathématique, qui se voit, se touche, se » compte, on sait tout en un instant; on est même » dispensé dans les cas difficiles de raisonner. Avec » l'unité, la politique se réduit à un simple machinisme, » dont il n'y a plus qu'à faire tourner le volant. Tant » pire pour qui se laisse prendre à l'engrenage. »

Eh bien, ami lecteur, d'après ce que nous venons de dire, sans grand effort de logique nous verrons dans ce qui suivra « ce que parler veut dire. »

IV

Le despotisme est inhérent à la centralisation.

Avec ses trois pouvoirs, notre République, oeuvre de l'antagonisme des partis, créa un organisme poli- tique, libéral et modérateur au point de vue unitaire. Mais en politique, modérer, signifie aussi arrêter, ce qui rend stationnaire les progrès économiques dont nous avons le sentiment, et donne à la nation la fièvre

[English translation]

the collectivity of the soil and sub-soil at Monceau-les-Mines. There is there however communal autonomy, where one will end by no longer knowing what it means to speak." Jean MACÉ.

This is, however, what the best minds of the democracy are reduced to, those who speak of things without looking at them, and believe, despite experience, that political order can only be found in unity. And by this simplism made in the image of their self, can only recognize that this order rests on a duality of principles or of contrary facts, and is only discovered by their relations, and not by the exclusion of the one to the profit of the others.

For the man of centralization, monarchist or republican, the word unity summarizes all: liberty is only a word, his ideal is in the espoir of a strong government. "With unity," says P.-J. Proudhon, "a physical, mathematical thing, which is seen, touched, counted, one knows everything in an instant; one is even spared in the difficult cases from thinking. With unity, politics is reduced to a simple mechanization, of which he has only to turn the wheel. So much the worse for whoever is left to take to the spiral."<ref>Of the Federative Principle, p. 98.</ref>

Well, dear reader, after what we have just said, without effort of logic we will see in what follows "what talking means."

IV

Despotism is inherent in centralization.

With its three powers, our Republic, work of the antagonism of the parties, created an organism political, liberal and moderate from the unitary point of view. But in politics, to moderate, also means to stop, which renders stationary the economic progress of/for which we have a feeling, and gives the nation the fever



<references/>