Transformation du gouvernement républicain/21

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/21/20 Transformation du gouvernement républicain/21/22

[original French]

prier. Il ira donc au scrutin comme il allait à la messe, comme actuellement il va au café. N'avons-nous pas dit qu'il devait désormais faire ses affaires lui-même? On dit : Le peuple est trop indifférent, il s'abstiendra. Aujourd'hui, il a raison de s'abstenir, puisqu'en délé- guant sa souveraineté il la perd; et ses mandataires sont toujours impuissants ou infidèles. Mais dans la fédération, sachant ce qu'il fait, il ne manquera jamais l'occasion d'exprimer son idée sur les choses qui l'in- téressent.

Cependant, j'en conviens, le temps est précieux, il nous faut compter. Trois ou quatre questions commu- nales; autant d'intérêt local et fédéral, en tout six ou huit votes clans l'année, le dimanche matin : total, quatre heures par an à dépenser pour aller au scrutin. On en dépense autant chaque dimanche avec son ar- gent clans les estaminets. Pourquoi récriminer? Est-ce qu'on verrait avec peine se déployer l'activité de l'es- prit des populations? Voudrait-on, afin de nous gou- verner, nous entretenir dans notre ignorance et notre crétinisme politique.

Il y a sans doute quelque chose à faire, dit-on, mais c'est pousser trop loin l'exemple de la décentralisation, et surtout de la souveraineté auquel le peuple n'est pas encore préparé. En admettant le principe, je suis d'accord. N'allons pas si vite, préparons-nous. Qu'on y mette du tempérament, de la réserve. Sachons bien distinguer ce qui est d'intérêt local ou d'intérêt général. En définissant les choses, on ne tombera ni dans la confusion, ni dans le désordre. Mais commençons par quelque chose : décentralisons. En donnant aux conseils généraux quelques attributions législatives, nous verrons la force de concentration autoritaire diminuer proportionnellement ; et en se répandant dans tons les groupes, nous sentirons aussitôt la névrose politique qui nous agite et nous fait perdre l'esprit, se calmer aussitôt.

[English translation]

prier. Il ira donc au scrutin comme il allait à la messe, comme actuellement il va au café. N'avons-nous pas dit qu'il devait désormais faire ses affaires lui-même? On dit : Le peuple est trop indifférent, il s'abstiendra. Aujourd'hui, il a raison de s'abstenir, puisqu'en délé- guant sa souveraineté il la perd; et ses mandataires sont toujours impuissants ou infidèles. Mais dans la fédération, sachant ce qu'il fait, il ne manquera jamais l'occasion d'exprimer son idée sur les choses qui l'in- téressent.

Cependant, j'en conviens, le temps est précieux, il nous faut compter. Trois ou quatre questions commu- nales; autant d'intérêt local et fédéral, en tout six ou huit votes clans l'année, le dimanche matin : total, quatre heures par an à dépenser pour aller au scrutin. On en dépense autant chaque dimanche avec son ar- gent clans les estaminets. Pourquoi récriminer? Est-ce qu'on verrait avec peine se déployer l'activité de l'es- prit des populations? Voudrait-on, afin de nous gou- verner, nous entretenir dans notre ignorance et notre crétinisme politique.

Il y a sans doute quelque chose à faire, dit-on, mais c'est pousser trop loin l'exemple de la décentralisation, et surtout de la souveraineté auquel le peuple n'est pas encore préparé. En admettant le principe, je suis d'accord. N'allons pas si vite, préparons-nous. Qu'on y mette du tempérament, de la réserve. Sachons bien distinguer ce qui est d'intérêt local ou d'intérêt général. En définissant les choses, on ne tombera ni dans la confusion, ni dans le désordre. Mais commençons par quelque chose : décentralisons. En donnant aux conseils généraux quelques attributions législatives, nous verrons la force de concentration autoritaire diminuer proportionnellement ; et en se répandant dans tons les groupes, nous sentirons aussitôt la névrose politique qui nous agite et nous fait perdre l'esprit, se calmer aussitôt.