Transformation du gouvernement républicain/26

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/26/25 Transformation du gouvernement républicain/26/27

[original French]

» En même temps que la concentration industrielle » mettait les chemins de fer sous la main immédiate » du pouvoir, il y eut pour la bourgeoisie une pluie » de concessions, de subventions de toutes sortes, un » déluge d'actions et d'obligations, plus ou moins ga- » ranties, des titres d'emprunts, des plus-value, une » hausse sans frein ni raison. On offrait à la plèbe des » travaux sans mesure, des caisses de secours et de » retraites, des soupes économiques, des parades et » des feux d'artifices, etc. Tant pis pour l'avenir; on » semblait avoir repris la devise de Louis XV : « Après » nous le déluge ». Or le déluge a commencé, et la » corne d'abondance est tarie ».

Nous invitons le lecteur à ne pas s'impatienter par l'exposition des faits que nous allons rapporter. Nous serons bref au possible : deux ou trois pages seulement de cette comptabilité véreuse, et ce sera terminé. Mais n'oublions pas qu'il est indispensable de connaître les choses, avant de les juger, et afin de poser solidement les principes nécessaires pour appliquer les réformes.

Une razzia. — Nous avons rapporté à la page 34 de notre brochure, ce que Napoléon Ier disait à pro- pos de la Banque de France : « Une banque d'es- » compte bien organisée peut fonctionner sans un seul » sou ». Il pensait sans doute intuitivement que l'es- compte des valeurs commerciales pourrait être consi- déré comme service public et à prix de revient.

Si à l'échéance du privilège de la Banque de France en 1867, cet établissement fût rentré au domaine pu- dans la montagne ni dans la plaine n'a répondu. On aurait pour- tant pu répliquer que la situation n'était pas compromise, puisque l'acte de prorogation a fait doubler les actions. Si quelques compa- gnies étaient obérées ou en faillite, cela tenait au gaspillage des ca- pitaux par les fondateurs et à l'agiotage sur l'émission des actions. Voilà ce qui a perdu le crédit de quelques compagnies, et ruiné les actionnaires sans que le pouvoir y ait pris garde. Pour ne citer qu'un fait, nous dirons que la compagnie du grand Central a payé treize millions des mines de fer et de charbon qui n'étaient esti- mées, ad valorem, que cinq cent mille francs.

[English translation]