Transformation du gouvernement républicain/32

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/32/31 Transformation du gouvernement républicain/32/33

[original French]

c'est là aussi où la misère est la plus grande et la plus hideuse. On y voit des familles, des populations en- tières vivant clans un état de bestialité complète. La pudeur ne permettrait pas ici d'exposer l'état d'im- moralité et de dégradation de ces malheureux déshé- rités de la fortune.

Dans le royaume uni de la Grande-Bretagne, dit M. de Morogues, le paupérisme atteint un quart de la popula- tion et sur certains points un tiers. M. Moreau Christof, « un homme bien pensant », cherchant le mot de l'é- nigme, n'hésite pas à dire : C'est que l'augmentation du bien-être va à quelques-uns, et la misère à tous les autres.

D'après le même auteur, c'est en Angleterre, où l'in- dustrie et le commerce sont le plus avancés et où l'ac- cumulation des capitaux est la plus considérable, qu'il y a un indigent sur cinq ; et en Russie, pays le plus en retard et que nous traitons de barbare, il n'y en a qu'un sur cent habitants.

D'après M. Watteville, dit G. Duchêne, on compte en France un indigent sur cinq à douze habitants, et dans nos départements les plus pauvres, un sur vingt- huit à quarante-deux seulement 1.

Voilà qui confirme ce que nous démontrerons encore, que le progrès de la richesse s'opère par un mouve- ment contradictoire de misère, dont la cause est dans la fatalité même du développement économique et par le manque d'une répartition équitable. La justice distri- butive ayant été impuissante à rétablir l'équilibre, qui pourra rompre la fatalité ? La fédération économique.

D'après le LIVERPOOL COURRIER (journal anglais, juin 1880; citation empruntée au PETIT JOURNAL),

1 La pauvreté et l'indigence ne sont pas toujours apparentes. Si le maximum du budget du travailleur est de 1,600 francs pour quatre personnes, il est clair que ceux qui en travaillant ne réali- sent que 15, 12, 9, 8 cents francs seront progressivement dans la gêne et la misère, sans être à l'abri des accidents, de la maladie et des chômages, etc.

[English translation]