Transformation du gouvernement républicain/37

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/37/36 Transformation du gouvernement républicain/37/38

[original French]

bution fédérale qui revient aussi à 6 fr. 89, ce qui fait un total de 22 fr. 86. Tandis qu'en France, pour une population de 35 millions, avec un budget de 3 milliards 500 millions, elle est de 100 francs par tête. Et cela sans compter le budget des villes et des communes.

En décentralisant les services publics comme en Suisse, et d'après la population de la France, notre budget des quatre-vingt-neuf départements (y com- pris celui des villes et des communes) serait de 603 millions 640 mille francs, et le budget national ou fé- déral, celui qui servirait à constituer l'unité des dé- partements, s'élèverait à 220 millions ; ce qui ferait ensemble un budget de 824 millions. Différence avec le budget actuel, 2 milliards 324 millions. Ici il n'est pas besoin de commentaires.

Vous oubliez, nous dit-on, que la France n'est pas la Suisse, et que nous avons à servir l'intérêt de la dette perpétuelle qui est d'un milliard, l'amortissable, la dette flottante, le budget de la guerre, etc., et ces services sont irréductibles aujourd'hui. Oui, sans doute, mais il faut en reporter la cause aux fautes accumu- lées de tous les gouvernements centralisés et autori- taires, toujours surpris de dépenses imprévues, et qui présentent incessamment au Corps législatif la carte à payer de leurs folles entreprises, causent des déficits, lesquels finissent par se couvrir par des emprunts suc- cessifs. Tout le monde reconnaît que la situation est difficile, et qu'une crise imprévue et persistante pour- rait bien amener une débâcle ; car le budget de l'Etat, des villes et des communes est au moins de 4 milliards et demi. Il n'est pas rare de voir les autoritaires, quand ils sont dans l'embarras et qu'ils ne peuvent plus payer, convertir la dette. Et clans les cas difficiles, pour aller plus vite, ils pourraient bien déchirer le grand livre, ainsi que le conseillait M. Achille Fould à Napo- léon en 1852 ; c'est-à-dire faire banqueroute.

[English translation]