Transformation du gouvernement républicain/40

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/40/39 Transformation du gouvernement républicain/40/41

[original French]

de l'administration et ceux de la production pourraient diminuer progressivement, et selon le tempérament qu'on y apporterait, soit de 20, 30, 40 à 70 0[0, et de 7 milliards 300 millions qu'ils sont aujourd'hui, descendre proportionnellement à 2 milliards 290 mil- lions, ce qui représenterait au maximum pour chaque ménage un avantage de 783 francs, et au minimum, un de 396 fr. 50. Cela veut dire que nous aurions les transports à bas prix comme en Belgique, la houille, le gaz, les toiles, le pain, et tous les produits à bon marché. Toute la question est là. L'avenir ne me dé- mentira pas.

Cinq cents francs en moyenne de richesse de plus par ménage : voilà un actif qui permettrait d'augmen- ter de près de moitié la consommation nationale, évi- terait les chômages et la permanence des crises dont l'industrie et le commerce sont affectés, ce qui nous permettrait encore de faire une concurrence redouta- ble à l'étranger, à moins qu'il ne se révolutionne aussi.

L'agiotage, les gros intérêts, les subventions d'Etat et les monopoles privilégiés, sont cause de l'immobi- lisme et de la désorganisation économique dont nous sommes atteints.

Cinq milliards 500 millions de payés en plus, pour des services factices et surfaits. Voilà l'objet de nos convoitises, et le gâteau que se dispute l'avidité des traitants, des usuriers, écumeurs d'affaires, monopo- leurs et agioteurs de toutes tailles; véritables pieu- vres qui sucent le plus clair des produits du travail. La voilà l'origine et la source des immenses revenus dont nous venons de parler, et que notre ignorance qualifie encore d'heureuses et honnêtes spéculations. Mais c'est aussi ce qui forme les éternelles revendica- tions du peuple. C'est la question sociale que les fins politiciens n'osent regarder en face, et qu'ils se don- nent la peine bien inutile de nier : c'est elle que l'op- portunisme libéral croit pouvoir ajourner indéfiniment,

[English translation]