Transformation du gouvernement républicain/41

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/41/40 Transformation du gouvernement républicain/41/42

[original French]

mais que d'autres partis prétendent résoudre par l'au- torité et le despotisme; mais qui scus cette forme se représentera toujours plus intense et plus vivace que jamais.

IX Constitution économique.

Dans une grande nation où la propriété est peu di- visée, où le monopole est tout-puissant, où le salariat industriel existe, où l'ouvrier reste isolé, où la for- tune est concentrée aux mains de quelques-uns, et dans la caisse des grandes compagnies, une fédéra- tion politique, quelque bien organisée qu'elle fût, ne pourrait durer longtemps; la concentration des gros intérêts appelle un pouvoir fort afin de la garantir, de gouverner la masse et contenir ses aspirations. Et quelle que soit la forme du gouvernement, le ré- sultat sera le même : il deviendra conservateur des privilèges, unitaire et autoritaire.

La liberté individuelle est une chose précieuse, mais n'empêche pas de se ruiner en travaillant et de mou- rir de faim. La liberté du travail étant une des forces la plus puissante de la production et de la richesse, il est de toute nécessité de la garantir à l'individu comme à la collectivité, par le contrefort d'une cons- titution économique, facilitant, par le crédit gratuit, l'assurance mutuelle, l'association fédérative, etc., etc., l'accès de tous les travailleurs à la propriété et à la possession des instruments du travail et du ca- pital ; servant ainsi de contre-poids (hic) à la liberté absorbante des privilèges, du monopoleur, et à la royauté des pièces de cent sous ; lesquelles concen- trées clans les mains de quelques-uns, deviennent des instruments de domination et de perturbation. Et cette constitution, en donnant au riche et au pauvre

[English translation]

mais que d'autres partis prétendent to resolve by authority and despotism; mais qui scus cette forme se représentera toujours plus intense et plus vivace que jamais.

IX

Economic Constitution.

In a large nation where property is little divided, where monopoly is all-powerful, where the industrial salariat exists, where the worker remains isolated, where fortune is concentrated in the hands of a few, and in the coffers of the large companies, a political federation, however well organized it may be, could not last long; the concentration of the large interests appelle a strong power in order to guarantee it, to govern the masses and contain their aspirations. And whatever the form of the government, the result will be the same: it will become the conservator of privileges, unitary and authoritarian.

Individual liberty is a precious thing, mais n'empêche pas de se ruiner en travaillant et de mourir de faim. The liberty du travail being one of the most powerful forces of production and of wealth, il est de toute nécessité to guarantee it to the individual as to the collectivity, by the contrefort of an economic constitution, facilitating, by free credit, mutual insurance, federative association, etc., etc., the access of all laborers to property and to the possession of the instruments of labor and of capital; serving thus as counterweight to the absorbante liberty of privileges, of the monopolist, and to the royalty of pièces de cent sous; which concentrated in the hands of a few, become instruments of domination and perturbation. And that constitution, by giving to the rich and the poor