Transformation du gouvernement républicain/53

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/53/52 Transformation du gouvernement républicain/53/54

[original French]

RESUME ET CONCLUSION.

Dans la société comme dans la fable, c'est le plus fort ou le plus rusé qui a la plus grosse part et qui fait la loi aux autres. Sous Louis-Philippe, c'est l'élément propriétaire qui est le plus fort ; il gouverne par le cens et appuie ses intérêts du contre-fort de l'échelle mobile, le nec plus ultra de la protection. Le pouvoir de la propriété est tombé avec son roi : le suffrage universel a rem- placé le cens, et le libre échange l'échelle mobile. L'élément propriétaire n'est plus qu'une force ordinaire de la production, il est pondéré, il ne gouverne plus 1.

Comme Louis-Philippe avait appuyé son gouverne- ment sur la propriété, l'Empire fonda son pouvoir sur la finance, qu'il appuya du contre-fort des privi- lèges de toute sorte dont nous avons parlé. Le pri- vilège de préhension du capital engagé clans la pro- priété, n'est plus aujourd'hui que de 2 OIO en moyenne, tandis que les capitaux des compagnies fi- nancières prélèvent en moyenne 20 0I0 (voir page 32). Sylock (le Juif) est donc tout-puissant, il inspire la démocratie et gouverne la République ; et si nous nommons bientôt un Roi il le gouvernera. Le suffrage universel est entre ses mains comme un menu frétin qu'il sait amorcer afin de le faire mordre à l'hameçon qu'il tend à propos.


(1) Par cette transformation, la culture ne peut plus attendre son salut de la protection douanière, mais d'un principe supérieur qui la délivre de l'usure de l'hypothèque, et de l'arbitraire des minotiers, blatiers, etc. Les députés qui représentent ses intérêts, devraient aussi s'inspirer de l'intérêt général avant de parler de relever l'échelle mobile, qui ne pourrait être appliquée qu'au prix de la subsistance du peuple. La protection nécessaire à la petite culture, c'est le crédit gratuit, lui garantir ses récoltes par l'assu- rance mutuelle, ainsi que le moyen de vendre ses denrées à leur valeur.

Voir solution du Problème Social, page 25, 26, 52 à 65 et 79 à 83.

[English translation]

SUMMARY AND CONCLUSION.

In society as in the fable, it is the strongest or the most cunning who have the largest share and who make the law for the others. Under Louis-Philippe, it is the proprietors who are the strongest; he governs by the cens and supports his interests with the buttress of the sliding scale, the nec plus ultra of protection. The power of property is fallen with its king: universal suffrage has replaced the cens, and free exchange the sliding scale. The proprietary element is no longer anything but an ordinary force of production, it is balanced, it no longer governs.

As Louis-Philippe had based his government on property, the Empire founded its power on finance, that it rests on the buttress of the privileges of every sort of which we have spoken. Le privilege of prehension of the capital engagé in property, is no more today than de 2 OIO en moyenne, while the capital of the compagnies financières prélèvent en moyenne 20 0I0 (see page 32). Shylock (the Jew) is thus all-powerful, he inspires the democracy and governs the Republic; and if we name a King he will soon govern him. In his hands, universal suffrage is like a menu frétin [small fry] qu'il sait amorcer afin de le faire mordre à l'hameçon qu'il tend à propos.


(1) By that transformation, the culture can no longer await its salvation from the protection douanière, but from a higher principle which delivers it from the usury de l'hypothèque, et de l'arbitraire des minotiers, blatiers, etc. Les députés qui représentent ses intérêts, devraient aussi s'inspirer de l'intérêt général avant de parler de relever l'échelle mobile, which could only be applied at the price of the subsistence of the people. The protection necessary to petite culture, is free credit, lui garantir ses récoltes by mutual insurance, ainsi que le moyen de vendre ses denrées à leur valeur.

See Solution du Problème Social, pages 25, 26, 52-65 and 79-83.