Transformation du gouvernement républicain/56

From The Libertarian Labyrinth
Jump to: navigation, search
Transformation du gouvernement républicain/56/55 Transformation du gouvernement républicain/56/57

[original French]

me semblent incontestablement vrais. C'est le cas de dire ici, qu'ils voient bien la paille dans l'oeil de leurs adversaires, mais qu'ils ne voient pas la poutre qui les aveugle.

Par la corrélation intime de l'ordre politique et éco- nomique, nous avons conclu à la nécessité de créer une constitution économique, qui en ordonnant les intérêts dans le sens de la justice et de la liberté, doit être l'objectif de toute saine politique; et comme le contrat social dont Jurieu a parlé, serait le trait d'union des producteurs-consommateurs, et la base d'une fédération garantissant la liberté du travail de chacun, de façon à servir de contre-poids aux privi- lèges qui nous appauvrissent, ainsi qu'à l'Etat qui nous abêtit, par l'exorbitance de son autorité, et qui toujours, s'il détruit un privilège, en crée plusieurs pour appuyer son despotisme.

Il est certain que l'instruction secondaire et profes- sionnelle, jointe à l'apprentissage, et la formation des compagnies ouvrières pour le travail collectif, peuvent seules arrêter la rétrogradation des classes laborieuses ; et en reconnaissant clans la variété des aptitudes leur équivalence économique, il résulte encore que la moyenne de la valeur intellectuelle clans une spécia- lité, se trouve égale dans une autre. Alors l'équilibre des intelligences comme celui des intérêts, qui nous paraissaient des illusions, seraient réalisés.

FIN.

Vendeuvre-sur-Barse (Aube), le 1er décembre 1885.

JOSEPH PERROT.

[English translation]